Bordeaux-Lens: «Comment on a fait pour perdre ce putain de match?», s'énerve Kombouaré

FOOTBALL L'entraîneur lensois est dépité par la défaite concédée dans les dernières secondes par son équipe à Bordeaux...

N.C. avec AFP

— 

L'entraîneur lensois Antoine Kombouaré lors d'un match de L1 face au PSG, le 7 mars 2015.
L'entraîneur lensois Antoine Kombouaré lors d'un match de L1 face au PSG, le 7 mars 2015. — « Je me demande comment on a fait pour perdre ce putain de match » a résumé Antoine Kombouaré

Prendre un but à la 80e, revenir au courage à la 86e, avoir des occasions pour l'emporter et finalement réussir à encaisser un but improbable au fin fond des arrêts de jeu... A l'image de cette défaite concédée ce dimanche à Bordeaux (2-1), les Lensois, derniers de Ligue 1, ne sont pas vernis cette saison. «Je me demande comment on a fait pour perdre ce putain de match», a lâché après la rencontre leur entraîneur Antoine Kombouaré, dépité.

C'est un épilogue cruel?

C'est simple, je me demande comment on a fait pour perdre, excusez-moi du terme, ce putain de match, parce qu'on a eu le sentiment de prendre parfois le dessus sur cette équipe de Bordeaux. Alors c'est vrai qu'ils ont ouvert le score mais on pensait avoir fait le plus dur en revenant au score. Aujourd'hui, il faut croire qu'on est à notre place, on est bon dernier, car on fait trop d'erreurs, des cadeaux même si bien sûr le (2e) but (bordelais) est construit.

Perdre de la sorte, c'est l'expérience, c'est le mental?

Cela touche beaucoup plus le mental et on est fragilisé par ces défaites qui amènent le doute. On n'a pas la capacité à tenir un résultat, c'est le constat que je fais même s'il y a forcément des bonnes choses à retenir de ce match. Mais ça reste une défaite.

A 1-1, vous n'êtes pas loin de la victoire, vous avez eu des situations...

On va mettre ça sur le compte d'une équipe qui est dernière, qui est jeune, qui manque d'expérience. C'est forcément assez récurrent chez nous car on prend deux buts contre une équipe de Bordeaux qui n'a pas eu autant de situations que cela. Le premier but, sur une touche, derrière on n'est pas présent aux duels et il y a ce ballon que Ludovic Baal rate, je ne sais pas comment il fait pour rater ce ballon. C'est un match où forcément il y a des regrets mais en même temps c'est la répétition des matches où on fait des erreurs qui sont lourdes de conséquences. C'est très frustrant et très lourd pour mes joueurs car ils ont le sentiment de faire de bonnes prestations, avec un jeu assez ouvert. On s'est procuré des situations, j'aurais bien aimé voir mon équipe mener. Cela aurait été intéressant mais c'est comme ça.