Ligue 1: A part Bordeaux, où Yoann Gourcuff pourrait-il bien relancer sa carrière ?

FOOTBALL Le Breton est en fin de contrat à l’issue de la saison et il ne prolongera pas à Lyon…

J.L.

— 

Yoann Gourcuff, ici en action face au PSG, le 8 février 2015.
Yoann Gourcuff, ici en action face au PSG, le 8 février 2015. — Claude Paris/AP/SIPA

Gourcuff de retour à Bordeaux selon l’Equipe ? Pourquoi pas, après tout Yoyo n’a jamais été aussi bon que placé derrière David Bellion. Mais parce que 20 Minutes n’a pas renoncé de voir le bellâtre relancer sa carrière à l’étranger, ou l’enterrer, au choix, voilà quelques pistes maison pour aider Gourcuff à s’éloigner un peu de la France.

Option n°1: Arsenal et l’assurance tout risques blessures

Gourcuff, qui vient de passer brillamment le cap des 600 jours d’indisponibilité à Lyon, ne prendrait pas de risques en rejoignant Arsenal, l’infirmerie la plus populaire d’Europe. A Londres, il pourra bénéficier d’un équipement dernier cri, le même qui est parvenu à faire d’Abou Diaby un blessé de ce niveau. Avec 51 blessures diverses en 2013/2014, deux fois plus que le Bayern ou la Juve, les Gunners peuvent se targuer d’un savoir-faire unique, digne des meilleures années d’épidémie de ligaments croisés en vrac à Tola-Volage. Ainsi, le choc d’adaptation à la Premier League sera atténué.

/photo/1

 

Option n°2: l’Atletico Madrid et la dépression

«Ce qui peut surprendre le grand public, c’est que Yoann garde paradoxalement une très belle cote à l’étranger» nous confiait récemment Didier Poulmaire, son conseiller. L’Atletico Madrid a souvent été cité comme un prétendant, et  franchement, qui n’a pas envie de confronter Gourcuff à la mentalité Diego Simeonesque, qui  laisse le choix, en gros, entre la mort dans d’atroces souffrances ou la victoire dans d’atroces souffrances? Evidemment, les risques de dépression sont importants: pas sûr que Diego ne commette pas l’irréparable quand «Yoyo » viendra lui expliquer qu’il «ne le sent pas trop pour ce week-end, tu comprends, question de sensation».

Option n°3: Le Dynamo Moscou et la retraite de Russie

Personne n’a les moyens d’assurer à Gourcuff le train de vie lyonnais lui permettant tout juste de subvenir à ses besoins, autour des 450 000 euros bruts. Personne à part les Russes, évidemment, qui n’ont que faire des tracasseries financières du monde libre. Ainsi, l’ex-international pourrait signer au Dynamo Moscou, où les sages conseils de Yann Mvila pourront peut-être lui permettre de retrouver son meilleur niveau. En tout cas, difficile d’être mieux placé pour pousser discrètement Mathieu Valbuena dans un escalier et revendiquer sa place en équipe de France.

Option n°4: L’US Ohain et la tranquillité d’esprit

«Yoann veut arriver en faisant profil bas. Il ne reviendra dans aucun club s'il est présenté comme une super star» prévient Didier Poulmaire. Cela tombe bien, on a dégoté pile ce qu’il lui faut avec l’US Ohain, dernier de son groupe de quatrième division de District Escaut, soit le dix-huitième et dernier niveau national. Un club familial qui sait mettre les moyens, puisque la mairie vient de débloquer 200 euros pour fournir les joueurs en paire de chaussettes et embaucher un taupier pour dénicher les taupes qui pourrissent le terrain. Des conditions idéales pour se relancer dans un anonymat rafraîchissant, donc.

Option n°5: L’équipe de France de Coupe Davis et le bashing permanent

Si, à défaut d’avoir réussi la carrière qu’on lui promettait, Gourcuff veut dominer le classement très disputé des sportifs tricolores les plus moqués de la nation, il peut aussi tenter le coup de fil à Arnaud Clément et rejoindre l’équipe de France de Coupe Davis. Après tout, l’ancien milanais a longtemps hésité entre le foot et le tennis dans sa jeunesse, et il n’est pas beaucoup plus souvent blessé que Jo-Wilfried Tsonga ou Gaël Monfils. Et puis quel beau double ça ferait avec Richard Gasquet. Enfin, avant l’abandon commun pour crampes généralisées au deuxième set.