Coupe du monde 2022 : Plus de 700 détenus libérés en Iran en raison du succès de la Team Melli contre le pays de Galles

MONDial Un ordre spécial du chef de l’Autorité judiciaire iranienne, après la victoire de l’équipe nationale de football contre le Pays de Galles (2-0) , vendredi au Mondial, a permis à 709 détenus d’être libérés de différentes prisons du pays

J.Lau. avec AFP
— 
Mehdi Taremi et Karim Ansarifard ne se doutaient sans doute pas que leur victoire contre le pays de Galles (2-0), vendredi au Qatar, aurait des effets directs sur la situation des détenus dans leur pays.
Mehdi Taremi et Karim Ansarifard ne se doutaient sans doute pas que leur victoire contre le pays de Galles (2-0), vendredi au Qatar, aurait des effets directs sur la situation des détenus dans leur pays. — Andrew Surma / Sipa USA

La démagogie de la dernière décision du régime iranien fait froid dans le dos. Plus de 700 prisonniers ont en effet retrouvé la liberté en Iran après la victoire de l’équipe nationale, vendredi contre le pays de Galles (2-0), lors de la Coupe du monde 2022 au Qatar. C’est ce qu’a annoncé ce lundi l’agence de l’Autorité judiciaire Mizan Online. La Team Melli va tenter d’arracher sa qualification pour les 8es de finale du Mondial mardi (20 heures) contre les Etats-Unis, dans un match lourd en symbolique.

« Suite à un ordre spécial du chef de l’Autorité judiciaire après la victoire de l’équipe nationale de football contre le Pays de Galles, 709 détenus ont été libérés de différentes prisons du pays », précise l’agence de l’Autorité judiciaire Mizan Online.


La justice affirme avoir inculpé plus de 2.000 personnes

Parmi eux figurent « certaines personnes arrêtées lors des récents événements », a-t-elle ajouté sans donner plus de détails. Par « événements », l’agence fait allusion aux manifestations déclenchées par la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans décédée après son arrestation par la police des mœurs pour avoir d’après celle-ci enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique.

Téhéran, qui voit dans la plupart de ces manifestations des « émeutes », accuse notamment des forces étrangères d’être derrière ce mouvement pour chercher à déstabiliser la République islamique. Les autorités ont fait état de milliers de personnes arrêtées dans le cadre des manifestations, la justice affirmant en avoir inculpé plus de 2.000. Des organisations de défense des droits humains à l’étranger font état d’un nombre bien plus important d’arrestations.