Coupe du monde 2022 : L’Iran s’en prend aux États-Unis pour avoir supprimé le symbole Allah de son drapeau

FOOTBALL La tension monte entre l’Iran et les Etats-Unis, qui se retrouveront mardi à l’occasion d’un match décisif pour la qualification en 8es de finale du Mondial

N.S. avec AFP
— 
La joie des Iraniens, vainqueurs des Gallois vendredi lors de la Coupe du monde au Qatar.
La joie des Iraniens, vainqueurs des Gallois vendredi lors de la Coupe du monde au Qatar. — Andrew Surma / Sipa USA / Sipa

Ce mardi, l’Iran et les Etats-Unis se défieront dans un duel à haute valeur sportive et symbolique, avec une possible qualification pour les 8es de la Coupe du monde en jeu. Et la tension monte, deux jours avant ce match du groupe B entre la Team Melli (2e avec 3 points derrière l’Angleterre, 4) et la Team USA (3e avec 2 points). La Fédération iranienne a protesté ce dimanche contre la suppression par la Fédération américaine du signe Allah du drapeau iranien.

« La Fédération iranienne de football a envoyé un mail à la FIFA pour exiger qu’elle adresse un avertissement sérieux à la Fédération américaine », a indiqué l’agence officielle Irna. « Dans un acte non professionnel, la page Instagram de la Fédération américaine de football a supprimé le symbole Allah du drapeau iranien. ».



Le drapeau de la République islamique d’Iran est composé de trois couleurs vert, blanc et rouge avec au centre une forme stylisée du mot Allah. Ce mot a été supprimé du drapeau sur une page Instagram de la fédération. Ce dessin a été utilisé par la Fédération américaine « pour montrer sa solidarité avec les femmes en Iran » et « dans ce cas-là seulement », a déclaré un responsable de la communication. « Le drapeau n’a jamais changé sur le site de la fédération », a-t-il affirmé.

Plus tendu que lors du Mondial 1998

L’Iran et les États-Unis avaient marqué les mémoires lors de la Coupe du monde 1998 avec des scènes de fraternité entre les joueurs des deux pays, alors que ceux-ci n’ont plus de relations diplomatiques depuis 1980, quelques mois après la prise d’otages de l’ambassade américaine à Téhéran en novembre 1979.

L’incident intervient au moment où l’Iran est le théâtre d’un mouvement de contestation déclenché le 16 septembre par la mort de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans décédée après son arrestation par la police des mœurs à Téhéran.