Coupe du monde 2018: «Une belle équipe plutôt que des individualités», les Australiens lancent le match face aux Bleus

FOOTBALL Les Australiens n'ont rien à perdre pour leur entrée dans la compétition face aux Bleus...

N.C.

— 

Le sélectionneur de l'Australie Bert van Marwijk, avec ses joueurs, à l'entraînement à Kazan le 15 juin 2018.
Le sélectionneur de l'Australie Bert van Marwijk, avec ses joueurs, à l'entraînement à Kazan le 15 juin 2018. — SAEED KHAN / AFP

De notre envoyé spécial à Kazan,

Il a la tête de celui qui a très envie de jouer un vilain tour. Et on le comprend. Bert van Marwijk, le sélectionneur de l’Australie, sait que son équipe ne part pas avec les faveurs des pronostics contre la France, samedi, pour son entrée en lice dans cette Coupe du monde. Ça ne l’empêche pas de ne pas en penser moins, bien sûr. Même s’il a servi le discours habituel du petit face au gros en conférence de presse ce vendredi à Kazan.

« Je ne vais pas parler de tactique contre la France. Nous savons que c’est l’un des meilleurs pays du monde, un adversaire qui a la possibilité de devenir champion du monde, a-t-il lancé. Il nous faudra beaucoup de discipline dans notre jeu et avoir le courage d’y croire. »

L’attaquant Mathew Leckie, qui lui a précédé au micro, s’est lui permis d’envoyer une petite pique aux Bleus, l’air de rien. « Il nous faudra une belle équipe plutôt que des individualités, une équipe compacte, ce sera la clé », a-t-il dit. Manière de souligner l’opposition de style et l’irrégularité de la France, qui a tendance à trop dépendre des éclairs de ses talents offensifs.

« Ce ne sont pas toujours les meilleurs joueurs qui remportent les trophées », a ajouté son coach. Le technicien néerlandais a préparé son coup. « Si on jouait dix fois la France, on perdrait huit ou neuf fois, je le dis depuis des mois. Mais on a tout fait pour être dans une situation où on perdrait seulement cinq ou six fois ». La formule est pas mal trouvée. On verra très vite si cette histoire de probabilités mène quelque part.