Dopage : Ophélie Claude-Boxberger aurait été dopée à son insu par le compagnon de sa mère

FOOTBALL La spécialiste du 3.000 m steeple est ressortie libre après 48 heures de garde à vue 

A.L.G. avec AFP

— 

Ophelie Claude-Boxberger lors d'un meeting à Ostrava, le 13 juin 2018.
Ophelie Claude-Boxberger lors d'un meeting à Ostrava, le 13 juin 2018. — Petr Sznapka/AP/SIPA

Les bras nous en tombent. Le site de L’Est Républicain et de L'Equipe annonce qu’après 48 heures de garde à vue à Montbéliard, la fondeuse Ophélie Claude-Boxberger a été mise hors de cause par les enquêteurs de l’OCLAESP (Office de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique) et est ressortie libre vendredi matin. Contrôlée positive à l' EPO, l’athlète n’avait pas caché sa surprise après l’annonce des résultats. « Je veux essayer de comprendre comment ce produit a pu se retrouver détecté dans mon corps », avait-elle alors déclaré.

La réponse est tombée vendredi et elle risque de faire beaucoup, beaucoup de bruit. En effet, il semblerait que ce soit l’ancien entraîneur d’Ophélie Claude-Boxberger, et actuel compagnon de sa maman, qui lui aurait inoculé la substance à son insu. Alain Flaccus aurait ainsi avoué les faits aux gendarmes lors de sa propre garde à vue.

L’athlète devrait être blanchie

Par le passé, la spécialiste du 3.000 m steeple avait porté plainte contre Alain Faccus pour agression sexuelle, avant de finalement faire machine arrière. L’entraîneur de Boxberger avait tout de même été écarté de la Fédération française par les dirigeants du club de Sochaux-Montbéliard.

Oui mais voilà… Selon L’Equipe, en 2018, son ancien entraîneur s’est mis en couple avec sa mère, laquelle l’aurait alors convaincu de le reprendre auprès d’elle dans le cadre de sa préparation physique. Le nouveau rôle de Flaccus ? Il jouait les lièvres à vélo lors des entraînements de Claude-Boxberger et l’accompagnait en compétition pour lui préparer ses repas et de la masser.

C’est lors d’un de ses massages, à l’occasion d’un stage à Font-Romeu mi-septembre, alors que la fondeuse s’était assoupie, qu’Alain Flaccus lui aurait injecté de l’EPO au niveau des reins. La découverte des gendarmes de l’OCLAESP devrait permettre de blanchir Ophélie Claude-Boxberger après des semaines de soupçons.