En Australie, le gouvernement s'insurge d'une publicité avec Ben Johnson, athlète déchu pour dopage

ATHLETISME L'athlète canadien avait été déchu d'un titre olympique à Séoul en 1988...

V.M. avec AFP
Ben Johnson, le 20 septembre 2013 au Japon.
Ben Johnson, le 20 septembre 2013 au Japon. — NEWSCOM/SIPA

« Quand il s’agit d’améliorer les performances, Ben sait de quoi il parle. » Une publicité controversée pour Sportsbet, une société australienne de paris sportifs, mettant en scène le sprinter déchu Ben Johnson s’est attiré les foudres du gouvernement australien. Ce dernier affirme qu’elle fait l’apologie du dopage.

Dans cette pub, l’athlète canadien, contrôlé positif aux stéroïdes et privé de son titre après avoir remporté le 100m aux JO de Séoul en 1988, apparaît à son bureau entouré de trophées.

Les auteurs de la publicité tentent un trait d’humour en incrustant la mention « pendant 48 heures », quand l’ancien sprinter se présente comme un champion olympique.

Le ministre australien des Sports Greg Hunt a dénoncé le fait que cette publicité, selon lui, « envoie le message selon lequel tricher est bien ». « Ils font l’apologie du dopage et versent une énorme somme d’argent à un dopé patenté », a-t-il déclaré lundi soir à la station de radio 2GB. « C’est une insulte aux athlètes propres. »

L’agence australienne de lutte contre le dopage (Asada) a annoncé avoir porté plainte. « Cette publicité tourne en dérision le dopage et envoie le mauvais message selon lequel l’utilisation de produits dopants dans le sport est normale », a déclaré l’agence dans un communiqué.

Sportsbet a ironisé sur cette polémique. « Les esprits se sont tellement enflammés qu’on pourrait y griller des Chamallows », a indiqué la société sur son site Internet.

« Le seul problème de cette colère publique est que le public ne semble en fait pas du tout en colère. Au contraire, les gens apprécient », ajoute Sportsbet en signalant les dizaines de messages saluant la publicité sur les réseaux sociaux.