Affaire Contador: «Une trop longue attente» pour Christian Prudhomme

CYCLISME Le directeur du Tour de France est soulagé qu'une décision soit enfin tombée...

© 2012 AFP

— 

Le Tour de France, par la voix de son directeur Christian Prudhomme, a surtout évoqué "la très longue, trop longue attente" qui a précédé la décision du Tribunal arbitral du sport (TAS) de sanctionner lundi l'Espagnol Alberto Contador et de le priver pour dopage de la victoire en 2010.
Le Tour de France, par la voix de son directeur Christian Prudhomme, a surtout évoqué "la très longue, trop longue attente" qui a précédé la décision du Tribunal arbitral du sport (TAS) de sanctionner lundi l'Espagnol Alberto Contador et de le priver pour dopage de la victoire en 2010. — Joel Saget afp.com

Le Tour de France, par la voix de son directeur Christian Prudhomme, a surtout évoqué «la très longue, trop longue attente» qui a précédé la décision du Tribunal arbitral du sport (TAS) de sanctionner lundi l'Espagnol Alberto Contador et de le priver pour dopage de la victoire en 2010. «Ma première réaction, c'est de dire enfin», a déclaré à l'AFP Christian Prudhomme. «Cela met fin à une interminable procédure qui n'avait que trop duré et plongé dans l'embarras tous les organisateurs de courses auxquelles a pu prendre part Alberto Contador».

Le directeur du Tour, sans se prononcer sur la sanction, a salué «l'opiniâtreté des instances, l'UCI (Union cycliste internationale) et l'AMA (Agence mondiale antidopage), qui ont fait appel». «Aujourd'hui, quoi qu'il en coûte et quelle que soit la personne incriminée, les instances vont jusqu'au bout», a insisté Christian Prudhomme. Le directeur du Tour a tiré pour conclusion de cette affaire que «dix-huit mois d'attente, c'est trop long, beaucoup trop long. Il faut que la justice soit rendue sereinement, l'affaire était extraordinairement complexe mais il est nécessaire de réfléchir à des résolutions plus rapides». Contador a été sanctionné lundi de deux ans de suspension par le TAS après son contrôle antidopage positif du Tour 2010.

Chrsitian Prudhomme: «La logique veut qu'Andy Schleck devienne le vainqueur du Tour. Il revient à l'UCI de le confirmer»

A propos de la victoire dans cette édition de la Grande Boucle, qui devrait revenir au Luxembourgeois Andy Schleck, Christian Prudhomme a rappelé que la décision appartenait à l'UCI. «La logique veut qu'Andy Schleck devienne le vainqueur du Tour. Il revient à l'UCI de le confirmer», a relevé le directeur de la plus grande course du monde confrontée pour la deuxième fois de son époque récente au déclassement de son vainqueur.

En 2006, l'Américain Floyd Landis, convaincu de dopage (testostérone), avait fini par être déclassé au profit de l'Espagnol Oscar Pereiro, là aussi tardivement. Pereiro avait reçu son maillot jaune quinze mois après la course à l'occasion d'une cérémonie organisée à Madrid, après l'annonce des résultats officiels par l'UCI. «La lutte contre le dopage est un vrai combat qui se gagne pied à pied, a conclu Christian Prudhomme. La mise en place du passeport biologique, la localisation pour procéder à des contrôles inopinés, qui fait tant jaser actuellement, l'interdiction des injections décidée l'an passé, sont autant d'avancées».