Mathieu Bodmer: «Je suis à la disposition d'Ancelotti»

FOOTBALL Le milieu de terrain explique ce qui a changé au PSG depuis l’arrivée de Carlo Ancelotti. A commencer par son positionnement...

Propos recueillis par Alexandre Pedro

— 

SOLAL/SIPA

Non, Mathieu Bodmer n’annonce pas sa candidature à la présidentielle. Devant une trentaine de journalistes, le Normand est juste venu parler football. En plus de la réception de Toulouse pour la 20e journée de Ligue 1, il a surtout été question de la patte Ancelotti et du rôle à la Pirlo que le nouvel entraîneur du PSG souhaite lui faire tenir.

Qu’est-ce qui a changé au PSG depuis l’arrivée de Carlo Ancelotti comme entraîneur?
Comme vous pouvez le constater, le staff a été élargi et on bénéficie de plus de moyens pour nous encadrer et nous pousser à être encore meilleurs à l’entraînement. Cela ne fait que deux semaines qu’il est arrivé mais on voit déjà une nouvelle mise en place et des exercices différents.

Menés en anglais par Paul Clement (l’adjoint d’Ancelotti)…
C'est vrai que ça change. C'est un retour en arrière par rapport à notre scolarité. Maintenant, la barrière de la langue n'est pas un obstacle, ça parle anglais, italien, français aussi. Il faut un peu de temps. Mais ça va: il y a un ballon, on court derrière, on connaît les exercices, on sait où il veut en venir.

N’est-ce pas trop difficile de digérer tous ces changements?
Non. C’est notre  métier. Depuis que les Qatariens sont arrivés au club, ils ont affiché une ambition sans limite. Le club continue sa progression. Quand j’ai signé il y a 18 mois à Paris, la situation n’était pas du tout la même. Aujourd’hui, les objectifs sont énormes.

Est-ce que vous trouvez votre place dans le système de jeu de Carlo Ancelotti?
Pour l’instant, oui. Après discussion avec lui, il m’a dit qu’il avait confiance en moi. Il a un poste précis en tête pour moi, en milieu de terrain devant la défense.

Souhaite-t-il vous utiliser comme meneur reculé à la façon d’un Andrea Pirlo à l’AC Milan?
Il y a un peu de ça. Il me positionne devant la défense pour sortir les ballons rapidement. Pour l’instant, on joue dans le système qu’il utilisait à Milan, mais peut-être que dans deux ou trois semaines, on jouera dans un 4-4-2. Il sait que je peux évoluer à plusieurs postes en milieu de terrain. On en a discuté, il sait que je suis à sa disposition.

A quel match vous vous attendez face à Toulouse samedi?
Ce sera un match compliqué. Toulouse est une équipe très athlétique, qui possède beaucoup de joueurs de talents, notamment des jeunes prometteurs. Ils sont habitués à évoluer ensemble, et s’appuie donc sur des certitudes solides. A l’aller, on avait réalisé une très bonne deuxième période chez eux, ça avait lancé notre saison (victoire 3-1).