Quelles sont les grandes différences entre le football féminin et masculin?

FOOTBALL Champion d'Europe avec Lyon, Patrice Lair tord le cou à certains clichés sur le foot féminin avant le début de la Coupe du monde...

A.P.

— 

La joueuse de l'équipe de France, Gaetane Thiney, le 23 septembre 2010 à Tempere (Finlande).
La joueuse de l'équipe de France, Gaetane Thiney, le 23 septembre 2010 à Tempere (Finlande). — M.Schrader / SIPA

Du 26 juin au 17 juillet, le football va s’accorder au féminin avec la Coupe du monde organisée en Allemagne (et où la France espère bien créer la surprise). La comparaison avec les garçons est bien sûr inévitable. Pour 20minutes.fr, Patrice Lair – l’homme derrière la victoire des filles de l’OL en Coupe d’Europe – explique les grandes différences entre football féminin et masculin. Sans oublier de bousculer quelques idées reçues au passage. 

Le foot féminin est plus technique que physique

Vrai. «Dans le football féminin la qualité technique est primordiale. La femme reste moins puissante que l’homme. Je le constate quand on joue contre des équipes masculines. Les garçons ont un jeu plus direct alors que les filles développent un football plus collectif. Mais c’est en passe d’évoluer. A Lyon, on a beaucoup travaillé sur la puissance tout en conservant les qualités de base des joueuses.»

Les filles n’ont pas de culture tactique

Faux. «A la base, les filles ont moins de vécu tactique que les garçons. Mais elles sont beaucoup plus réceptives à ce qu’on peut leur dire. Elles comprennent et s’adaptent très vite au système tactique qu’on veut mettre en place. C’est d’ailleurs très agréable de travailler avec elles. Alors que lorsqu’on arrive à un certain niveau, les garçons pensent qu’ils savent déjà tout.»

Les gardiennes sont souvent le maillon faible

Vrai mais ça change. «Les gardiennes ne sont pas encore au niveau des joueuses. En championnat de France, on voit souvent des buts évitables. Comme le foot féminin reste encore un sport amateur, il n’y a pas encore beaucoup d’équipes qui disposent d’entraîneur dédié à ce poste si spécifique. Mais c’est en passe d’évoluer. A Lyon, nos gardiennes ont un entraînement individualisé.»

Il y a un meilleur état d’esprit

Vrai. «Dans le foot féminin, on ne voit pas les attaquantes se rouler par terre au moindre contact dans la surface. Les filles peuvent râler contre l’arbitre mais elles sont beaucoup plus respectueuses. Chez les garçons, certains feraient mieux de se regarder devant la glace plutôt que de toujours s’en prendre à l’arbitre.»