OM: Même parti, Brandao sème la zizanie à Marseille

FOOTBALL Le prêt du Brésilien a fait naître des tensions au sein du club marseillais...

Sandrine Dominique à Marseille

— 

Entre Dassier et Deschamps, ce n'est plus vraiment l'union sacrée.
Entre Dassier et Deschamps, ce n'est plus vraiment l'union sacrée. — P. Magnien / 20 minutes

Brandao prêté à Cruzeiro, c'est fait. Si le site officiel de l'OM avait un temps nuancé l'annonce officielle paru sur le site du club brésilien, c'est le président Jean-Claude Dassier qui a confirmé le prêt avec option d'achat de l'attaquant mardi sur Francefootball.fr confiant que c'était «une bonne chose».

Même si Brandao bénéficie de la présomption d'innocence, l'OM aura donc réussi sa mission de se débarrasser au plus vite d'un élément qui a terni l'image du club depuis sa mise en examen pour viol le 9 mars. Pour autant, ce départ ne fait pas l'unanimité au sein des dirigeants phocéens. Didier Deschamps avait déclaré solennellement dimanche vouloir « s'entretenir en tête-à-tête » avec son joueur avant un éventuel prêt.

Mésentente Dassier-Deschamps

Un discours qui n'a pas été du goût de Jean-Claude Dassier. « Mais qu'est-ce que ça veut dire des rencontres en tête-à-tête ? Il ne fait pas confiance à son président ?, s'est emporté le boss, mardi dans La Provence. Didier fait ce qu'il veut. S'il veut rencontrer son joueur, il le fera. [Le coach pourrait parler avec Brandao aujourd'hui à la Commenderie]. Didier s'est exprimé comme il s'est exprimé, c'est son problème. » Malgré le ton qui en dit long sur les tensions qui couvent en interne, Dassier a tenu tout de même à calmer le jeu : « Il n'y a pas à être troublé par les propos de Didier. Il n'y a pas de divergence entre nous. » Difficile à croire, d'autant que ce n'est pas le premier accroc au sein du triumvirat Dassier-Anigo-Deschamps. Il reste à espérer pour l'OM que cette délicate affaire ne plombe pas la fin de saison.