20 Minutes : Actualités et infos en direct
BILLETTERIEAlors, ça donnait quoi cette nouvelle phase de vente de billets pour les JO ?

JO de Paris 2024 : Ça donnait quoi cette nouvelle phase de vente à 400.000 billets ?

BILLETTERIEUne nouvelle phase de vente de billets pour les JO de Paris 2024 s’ouvrait ce jeudi. 400.000 billets étaient disponibles, dont 70.000 à 24 euros. On a testé pour vous la billetterie
400.000 billets ont été mis à la vente jeudi matin. Difficile de ne pas se disperser dans ce flot
400.000 billets ont été mis à la vente jeudi matin. Difficile de ne pas se disperser dans ce flot - Capture d'écran / 20 Minutes productions
William Pereira

William Pereira

L'essentiel

  • La dernière session de vente de billets pour les JO de Paris 2024 a eu lieu ce jeudi. 400 000 billets étaient disponibles dont 70 000 à 24 euros.
  • Si certains sports collectifs, de même que le tennis regorgeaient de bons plans, le judo et l’escrime affichaient toujours des prix prohibitifs
  • A la fin de la matinée, la grande majorité des places abordables étaient vendues

De notre envoyé spécial sur Internet,

C’était la vente de la (presque) dernière chance. Pour les organisateurs de ces Jeux olympiques de Paris 2024, désireux de nourrir le récit des JO du peuple, et pour ce dernier, donc, qui n’a pas vraiment eu voix au chapitre jusqu’alors. 400.000 billets étaient disponibles ce jeudi à partir de 10h sur la plateforme de vente de l’événement, dont 70.000 à 24 euros. L’athlé et la natation ont reçu un petit coup de boost avec 36.000 places supplémentaires (30.000 pour l’athlé, 6.000 pour la natation). Sur le papier, ça s’annonce sympa. Autant vous dire que l’on a fait le choix de sacrifier notre matinée pour être bien sûrs de ne pas rater ça.

Le live de notre matinée

4h30 du matin : insomnie. Impossible de trouver le sommeil, on ne pense qu’à cette finale de pentathlon moderne qui nous attend au Château de Versailles.

6h30 : petit footing de 10km pour être en forme OLYMPIQUE

8h : petit dej de champion

9h45 : Connexion sur la plateforme, la pression monte. Le site affiche un compte à rebours que nous ne lâcherons pas des yeux pendant un quart d’heure.

10h : Ça y est, c’est l’heure… MAIS NON ! Le moment tant craint arrive, celui de la file d’attente. A vue d’œil, on en a pour une demi-heure, une heure peut-être ?

A ce moment de la matinée, le pessimisme est total
A ce moment de la matinée, le pessimisme est total - Capture d'écran

10h22 : Dans les faits, l’attente ne sera pas scandaleuse. Comme le destin est taquin, il nous ferait patienter 20 Minutes avant de nous ouvrir enfin les portes de cette vente, où, en effet, il y a à boire et manger.

A partir de ce moment précis, nous disposons d’une demi-heure pour faire nos emplettes dans la limite de 30 billets – qui a les moyens de s’en acheter autant, sérieusement ? Le chrono donne une petite ambiance fin de mercato à Everton, on fera naturellement attention aux panic buy : venir avec l’espoir d’arracher une place pour les finales de 100m en athlé et repartir avec un billet hors de prix pour un 2e tour de ping-pong, c’est non.

La chasse aux billets à 24 euros

Grand enjeu de cette nouvelle vente, le billet à 24 euros se retrouve majoritairement du côté des sports collectifs et/des disciplines mineures. Foot, hockey sur gazon, rugby à 7, basket (phase de groupes à Lille), tir à l’arc, gymnastique artistique, handball (tour préliminaire), le tir, le cyclisme sur piste et la lutte – liste non-exhaustive – sont concernés par ces tarifs abordables. Petit bémol, certes prévisible, il s’agit de billets de catégorie D, c’est-à-dire au dernier rang, tout en haut du stade/gymnase. Le prix des jumelles n’est pas inclus dans le pack, pensez à vous équiper avant, autrement vous passerez plus de temps à mater les écrans du stade que le terrain lui-même. Enfin, notez qu’il s’agit là de tarifs pour des sessions sans médaille à la clé.

Judo, escrime et cérémonie d’ouverture inaccessibles

Au rayon des déceptions, on soulignera l’accès difficile pour ne pas dire impossible aux épreuves de judo et d’escrime 30 minutes après l’ouverture de la billetterie. Prévisible, dans la mesure où seuls 2.000 billets supplémentaires avaient été « injectés » autour des tatamis. Pour vous donner une idée de la chose, à 10h30, nous n’avons pas trouvé moins cher qu’un billet en catégorie A (360 euros) le dimanche 28 juillet. Ça fait cher la session judo avec médaille olympique à la clé. Mais toujours moins que les finales de natation (de 150 à 980 euros) et la cérémonie d’ouverture : 900 euros à l’heure où l’on s’est connecté, 1.600 euros cinq minutes plus tard.

Le tennis à Roland-Garros, la belle affaire

Ce n’est pas tous les jours que la France accueille deux tournois du Grand Chelem (ou presque) dans la même année. Au vu de la qualité du plateau, des enjeux (dernière de Nadal à Paris, dernière chance pour Djokovic de claquer l’or olympique, l’espoir de voir Mannarino réussir une glissade sur terre battue, etc.) et du nombre de billets remis dans la machine pour la vente de jeudi (24.000 places en vente), ça puait la bonne affaire. Sans surprise, les billets de catégorie D à 30-50 euros sur le court Philippe Chatrier, le Lenglen ou encore le Simonne-Mathieu se sont envolés à la mi-journée, ne laissant place à aucun billet sous les 100 euros passée l’heure du repas.

Verdict : moins cher, mais pas les JO du peuple pour autant

L’horloge tourne. Plus que dix minutes pour valider notre panier. Avant de quitter les enchères, nous décidons de retenir, au pif, cinq places pour cinq épreuves différentes. Une pour des séries de natation en catégorie A, une pour du tennis en catégorie B, une en pentathlon moderne en catégorie B, une en judo hors de prix en catégorie A (session médaille d’or) et une journée au soleil en catégorie D pour regarder du rugby à 7. La moyenne nous conduira à une moyenne par billet supérieure à 100 euros, sans avoir pourtant cherché de finale à tout prix.

Non merci, on préfère encore investir dans des vacances
Non merci, on préfère encore investir dans des vacances - Capture d'écran

Moralité, les Jeux olympiques du peuple resteront une fable pour ceux qui avaient bien voulu y croire, même si la billetterie solidaire permettra de corriger une partie des effets pervers de la billetterie payante. Les moins aisés sont invités à remplir les tribunes sur les événements qui le permettent comme le football, le rugby à 7, le hockey sur gazon, le tir à l’arc ou le lancer de claquettes, et encore, tout au fond au dernier rang des stades. Pour autant, cette dernière vente était de loin la moins scandaleuse, avant, sans doute, de nouvelles opportunités lors de l’ouverture, courant 2024, d’une plateforme de revente pour ceux qui seraient déçus des billets en leur possession.

Sujets liés