Le NRM à sa place parmi les grands

Julien Ropert

— 

C'est fait ! Victorieux samedi à Cambrai (3-0), le Nantes-Rezé Métropole a définitivement composté son billet pour la Ligue A. Un dénouement magnifique pour l'un des petits poucets de Ligue B, débarqué sur la pointe des pieds l'été dernier avec un effectif en grande partie renouvelé et un budget minimaliste. « Ce matin, je suis heureux… Et j'ai un peu mal à la tête, s'amusait hier l'entraîneur nantais, Martin Demar. On a bien fêté ça, avec les joueurs, les dirigeants. Le président Thierry [Rose] a pleuré comme un enfant, c'était beau à voir. »

Budget doublé l'an prochain ?
Il faut dire que le final a été un peu stressant pour Demar et les siens, entre la défaite inattendue à Brive (1-3), le choc remporté face au dauphin Chaumont (3-2) et ce final forcément plein d'émotions à Cambrai. « Je suis très fier de mon équipe. On a été en tête presque toute la saison, on n'a perdu que trois fois. On a su gérer tout ça avec beaucoup de maturité. Et tout le monde nous a dit cette saison que notre jeu collectif était beau. C'est une belle aventure humaine. » Une aventure qu'il faudra prolonger l'an prochain à un tout autre niveau, avec d'autres moyens. « Nous avions cette année un budget de 398 000 €, nous allons essayer de le doubler, pour que notre dossier soit regardé avec sérieux par la DNCG », annonce Thierry Rose, le coprésident. »

Recrues

En Ligue A, le NRM devrait étoffer son effectif. « Il faudrait dix-douze joueurs », estime Martin Demar. La filière tchèque et slovaque, payante cette année, risque d'être réactivée.