Présidentielle au Brésil : Bolsonaro et Neymar, passion évangélique et intérêts communs

FOOTBALL Neymar a affiché son soutien à Jair Bolsonaro dans la dernière ligne droite avant le premier tour de la présidentielle brésilienne, dimanche 2 octobre

William Pereira
— 
Bolso (poche en portugais) s'est mis Neymar dans la poche
Bolso (poche en portugais) s'est mis Neymar dans la poche — SIPA (montage 20 Minutes)

L’importance de la voix des footballeurs n’est plus à démontrer au Brésil, où la 6e étoile est encore plus attendue que l’élection présidentielle dont le 1er tour aura lieu ce dimanche 2 octobre. C’est donc tout naturellement que la parole de Neymar était attendue. Bolsonaro, Lula ? Lula, Bolsonaro ? Très longtemps, la star du Paris Saint-Germain ne s’est prononcé en faveur d’aucun des deux principaux candidats à la victoire. Si bien que, tout au long de la campagne, les petits génies du montage vidéo de chaque camp ont décidé de se substituer à Ney en détournant une vidéo d’octobre 2014 pour lui faire dire ce qu’ils voulaient entendre en 2022 : votez Jair Bolsonaro, ou votez Lula. Une grosse campagne d’articles de débunkage a suivi dans la presse brésilienne.


L’extrait raccourci et détourné provient d’un message datant de l’entre-deux tours de 2014. A l’époque, Neymar appelait à voter pour l’opposant social-démocrate de l’ancienne présidente Dilma Roussef, Aécio Neves. Dans la brève histoire politique du virevoltant Brésilien, il n’a jamais vraiment été question de soutenir le PT et la gauche en général. Pas faute d’avoir été reçu en personne et félicité par Lula en 2010, à l’époque où Neymar avait eu « le courage » de se boucher les oreilles quand chantaient les sirènes de Chelsea.

La dernière carte d’un Bolsonaro à la dérive

Lui et son ancien coéquipier Ganso étaient devenus les ambassadeurs d’un Brésil nouveau capable de tenir tête aux puissances européennes, un combat finalement très « Lulesque ». Trop ? Ces remerciements, le numéro 10 s’était engagé « à s’en souvenir toute sa vie ». Mais les promesses engagées du jeune ado, encore impressionné par l’aura d’un homme d’Etat au sommet de sa popularité, n’ont finalement pas traversé les âges.

L’idole politique s’appelle désormais Jair Bolsonaro, ouvertement soutenu pour la première fois par Neymar dans une vidéo Tik Tok, le tout, à trois jours d’un scrutin hypertendu. Le président sortant est à la traîne dans les sondages au point que la menace d’une défaite au premier tour plane au-dessus de sa tête. Le « cheatcode » Neymar tombe donc pour lui à point nommé, même si au fond, l’orientation politique du crack était un secret de polichinelle. Il y a bien longtemps que les deux hommes se font la cour.


Chronologie de la relation Neymar - Bolsonaro

2018 : Like un tweet de soutien à Bolsonaro

2018 : Après l’élection de Bolsonaro, Neymar avait écrit « il est élu maintenant, c’est Dieu qui l’a voulu ».

2019 : Neymar père est reçu par Bolsonaro (voir plus bas)

2019 : Bolsonaro pose avec un maillot que lui aurait offert Neymar

Eté 2022 : Neymar envoie un ballon dédicacé à Bolsonaro, qui le remercie en lui disant, « c’est ton année ! »

28 septembre 2022 : Neymar remercie Bolsonaro pour sa visite à l’institut Neymar Jr. La fondation accueille quotidiennement 3.000 enfants défavorisés de l’État de São Paulo, dont certains ont reçu la visite du président. « Je vous remercie de votre visite. J’aimerais beaucoup être là, en votre compagnie, mais malheureusement je suis loin », regrettait le Parisien.

30 septembre 2022 : Neymar officialise son soutien à Jair Bolsonaro.

« Cancel » par l’opposition, Neymar se défend

Sur une pelouse, la passe décisive ne peut qu’être source d’applaudissements. Sur le terrain politique, elle est à double-tranchant. Le meilleur footballeur auriverde de sa génération n’a pas mis bien longtemps à s’en apercevoir : en quelques heures, une pluie de commentaires critiques s’abat sur ses réseaux. En colère, il donne une leçon de démocratie à ses détracteurs sur Twitter.

« Ils parlent de démocratie et d’un tas d’autres choses, mais quand quelqu’un a une opinion différente, il est attaqué par ceux-là mêmes qui parlent de démocratie. Comprendra qui pourra. »

S’il peut paraître curieux qu’un footballeur se revendiquant de la culture des favelas et n’hésitant pas à monter au créneau pour défendre Vinicius face à des attaques racistes, le positionnement politique du Ney est plutôt commun dans la caste conservatrice des footeux. Celle-ci voit d’un très bon œil la place occupée par le courant évangélique dans le discours bolsonariste.

Bolsonaro a reçu le père Neymar pour évoquer les soucis fiscaux du fils

Les plus taquins rappelleront combien Neymar a été épargné pendant le mandat de Bolsonaro alors qu’il traînait quelques casseroles derrière lui. Fin juillet 2022, le Tribunal fédéral régional de la 3e Région (TRF-3) a accordé un habeas corpus pour suspendre la procédure pénale d’instruction contre l’attaquant du PSG pour une affaire présumée d’évasion fiscale au Brésil, datant de 2014. Le fisc brésilien réclamait initialement 188 millions de reais, mais la note sera abaissée à 8 millions de reais par la Cour administrative des recours fiscaux en 2017, à une époque où le président du pays était Michel Temer).

Deux ans plus tard, Jair Bolsonaro recevait Neymar père, qui était venu chercher « des éclaircissements » sur les 8 millions de reais réclamés à son fils. Bolsonaro renvoyait alors le père du joueur au ministre de l’Économie, Paulo Guedes, et au secrétaire du Revenu fédéral de l’époque, Marcos Cintra, car il s’agissait d’un sujet « de nature technique ». L’affaire attend son épilogue et cette réunion ne démontre rien, si ce n’est que le clan Neymar se sent écouté par le président sortant. Une raison parmi tant d’autres de le soutenir.