Présidentielle au Brésil : Critiqué pour son soutien à Bolsonaro, Neymar invoque la « démocratie »

ELECTION L’attaquant du PSG a fustigé celles et ceux qui l’ont critiqué après sa vidéo de soutien au président d’extrême droite en course pour sa réélection

Aymeric Le Gall
Le président brésilien Jair Bolsonaro (à gauche) et le géopolitologue Neymar (à droite). .
Le président brésilien Jair Bolsonaro (à gauche) et le géopolitologue Neymar (à droite). . — NELSON ALMEIDA et Anne-Christine POUJOULAT

On appellera ça la liberté d’expression façon Neymar. Attaqué de toutes parts après avoir affiché publiquement son soutien au président d’extrême droite sortant Jair Bolsonaro, à quelques jours d’une élection ultra-polarisée au Brésil, le « footballeur - geek - géopolitologue » brésilien s’est défendu dans un tweet publié ce vendredi.

« On parle de démocratie et d’un tas de choses, mais quand quelqu’un a une opinion différente, il est attaqué par ces mêmes personnes qui parlent de démocratie. Va comprendre », a tweeté le joueur du PSG. Hé oui « Ney », ça s’appelle la liberté d’expression et c’est ni plus ni moins que le sel de la démocratie que vous brandissez entre deux parties de Counter-Strike.



Dans une vidéo publiée jeudi sur TikTok, le footballeur avait mimé en souriant une chanson appelant à voter pour Jair Bolsonaro, candidat à sa réélection dans un scrutin dont le premier tour se déroule dimanche. Avec ses huit millions d’abonnés sur TikTok et près de 180 millions sur Instagram, le footballeur de 30 ans est un soutien de poids pour le chef de l’Etat sortant distancé dans les sondages par l’ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva. Jair Bolsonaro a rapidement tweeté la vidéo de Neymar, en ajoutant comme commentaire « Merci, @neymarjr ! ».

Un ex-international brésilien monte au créneau contre Neymar

Ce soutien public a entraîné de très nombreuses réactions sur les réseaux sociaux et dans la presse brésilienne. Parmi les critiques se trouve l’ancien international brésilien Walter Casagrande, qui a jugé dans une de ses chroniques pour le média brésilien UOL Esporte que Neymar avait « montré toute son incohérence, son aliénation, et son manque de conscience sociale ».



L’ancien attaquant des Corinthians de Sao Paulo note que malgré son soutien affiché envers son coéquipier Richarlison, récemment victime d’un acte raciste au Parc des Princes, « Neymar soutient le candidat avec le plus de préjugés de l’histoire politique brésilienne, qui a déjà eu des propos homophobes, machistes et manifestement racistes ». En réponse à cette chronique, Neymar a répondu par un « like » d’un tweet se moquant de Casagrande…