F1 GP de Grande-Bretagne : Le retour en forme de Lewis Hamilton pour son Grand Prix national, à Silverstone

FORMULE 1 Lewis Hamilton dispute son Grand Prix national à Silverstone, en Angleterre, ce dimanche (16 heures) alors que lui et son écurie reviennent dans la course pour une potentielle victoire

Adrien Max
— 
Lewis Hamilton, sapé comme jamais, arrive à SIlverstone, son Grand Prix national.
Lewis Hamilton, sapé comme jamais, arrive à SIlverstone, son Grand Prix national. — Matt Dunham/AP/SIPA
  • Lewis Hamilton, septuple champion du monde, dispute son Grand Prix à domicile, à Silvertone, ce dimanche.
  • Après un début de saison compliqué au volant de sa Mercedes W13, le Britannique reste sur un podium à Montréal (3e).

Le retour de Sir Lewis Hamilton sur le devant de la scène. Pour des bonnes, et de moins bonnes raisons. Après un début de saison compliqué, passé dans l’ombre de son nouveau coéquipier George Russell, le septuple champion du Monde de Formule 1 fait de nouveau parler de lui à quelques heures de son Grand Prix national, sur le circuit de Silverstone, en Angleterre, ce dimanche (16 heures).

Tout simplement parce qu’il y excelle, avec sept victoires lors des neuf dernières éditions et huit victoires au total, pour sept pole positions, un record. Lewis Hamilton reste aussi sur une belle 3e place à Montréal, son deuxième podium de la saison, seulement. Et tout le monde voit Mercedes enfin revenir dans la bataille entre Ferrari et Mercedes. « J’espère vraiment que ça sera pareil à Silverstone, c’est une course tellement importante pour nous et pour moi. Je veux juste être dans la bataille avec ces gars », prévenait-il sur le podium au Canada. Sa 4e place sur la grille de départ ce dimanche, derrière les deux Ferrari et les deux RedBull, est une nouvelle confirmation de cette renaissance.

Batailles en piste et hors piste

Parce que depuis le début de cette saison, le champion bataille plus avec sa Mercedes W13, mal née selon beaucoup d’observateurs dans les paddocks de F1, plus qu’il ne monte sur le podium. Cruel après un hiver passé à digérer sa défaite lors du dernier Grand Prix de la saison 2021, finalement remportée par Max Verstappen à Abou Dabi. Au point de se faire battre sur le début de saison par George Russell, son jeune coéquipier de 24 ans. Hamilton n’a devancé Russell qu’à Bahreïn et à Montréal, tandis que l’ancien pilote de Williams ne s’est jamais classé plus loin que la 5e place depuis le début de saison, pour trois podiums.

Depuis cette semaine, Lewis Hamilton doit aussi faire face aux propos racistes tenus par Nelson Piquet, ancien champion du monde de F1 et beau père de Max Verstappen. « Ce sont plus que des paroles. Ces mentalités archaïques doivent changer et n’ont pas de place dans notre sport. J’ai été entouré de comportements tels que celui-là et pris pour cible toute ma vie. Il y a eu du temps pour apprendre, maintenant est venu le temps de l’action », avait réagi le Britannique, avant que Neslon Piquet ne présente des excuses bancales.

Fin de série pour RedBull ?

Mais comme l’explique lui-même Lewis Hamilton, le champion a dû faire face à ce genre de comportements depuis son plus jeune âge, et sa motivation s’en nourrit grandement. Aucun doute sur le fait qu’il aura envie de faire fermer quelques clapets sur son circuit. Car Lewis Hamilton est redoutable à Silverstone, dont la ligne des stands a été rebaptisée « Hamilton Straight » en son hommage.

Du côté de chez RedBull aussi on s’attend à voir une Mercedes enfin performante, et un Lewis Hamilton dans la bataille pour remporter la course. « Je pense que Mercedes sera rapide à Silverstone. Je ne vois pas de raison pourquoi ils ne le seraient pas. Ce sera la même chose au Paul Ricard », a anticipé Christian Horner, le boss de RedBull, qui s’attend même à « une fin de série » après six victoires de suite, dont cinq de Max Verstappen, largement en tête du championnat du Monde.