Castres – Montpellier : Large vainqueur, le MHR champion de France pour la première fois... Revivez la finale du Top 14 en direct

RUGBY Le MHR, auteur d’un splendide début de match, a pris le meilleur sur le CO ce vendredi au Stade de France, en finale du Top 14. Le club héraultais remporte son premier Bouclier de Brennus

Nicolas Stival
— 
Les Montpelliérains (en blanc) ont largement dominé cette finale de Top 14 face aux Castrais, vendredi au Stade de France.
Les Montpelliérains (en blanc) ont largement dominé cette finale de Top 14 face aux Castrais, vendredi au Stade de France. — Anne-Christine Poujoulat / AFP



23h17 : Je vous laisse pour aller recueillir la bonne parole des finalistes, heureux et malheureux, et vous concocter quelques papiers plus ou moins sympathiques. BONNE SOIREE A TOUTES ET TOUS !!!
23h15 : C’est un sympathique bordel sur la pelouse, où l’on prépare la remise des médailles aux Castrais et du Bouclier de Brennus aux Montpelliérains, mais aussi le spectacle de Kendji Girac et de Soolking.
23h13 : Les joueurs du MHR vont partager leur bonheur avec les supporteurs héraultais, ceux du CO vont se consoler avec les fans castrais. Alors qu’un gars s’est incrusté sur la pelouse avant d’être maîtrisé…
MONTPELLIER REMPORTE SON PREMIER TITRE DE CHAMPION DE FRANCE APRES DEUX ECHECS EN FINALE, EN 2011 CONTRE TOULOUSE ET EN 2018 CONTRE CASTRES !!!
80e : C’EST FINI !
77e : Trois points de plus pour Montpellier, grâce à une pénalité d’Handre Pollard, qui fait un petit clin d’œil au MHR, avant de rejoindre l’Angleterre et Leicester.
76e : Alors que Bastien Chalureau revient sur la pelouse, à la place du 3e ligne aile Alexandre Bécognée, côté Montpellier.
75e : L’ESSAI DE L’HONNEUR POUR CASTRES. Arata tape depuis ses 22 m, Botitu sprinte et profite d’un rebond favorable pour récupérer le ballon et filer à l’essai. Dumora transforme. Mais bon, ça fait 26-10 pour le MHR, c’est cuit pour le CO…
74e : Bon, je ne vous cache pas que cette fin de match a à peu près autant d’intérêt que le concert de Kendji Girac et de Soolking qui va suivre au Stade de France.
72e : C’est définitivement n’importe quoi. L’ailier Nakosi sort à Castres, le demi de mêlée Arata revient.
71e : Retour de Hounkpatin, sortie de Chilachava. Merci pour ce moment, Levan.
69e : Avec ces trois premiers points de la deuxième mi-temps, le MHR a tué le suspense. Il va décrocher dans quelques minutes son premier titre de champion de France.
68e : Pénalité pour le MHR, après une faute au sol de Levan Chilachava, le pilier remplaçant du CO. L'ouvreur italien Paolo Garbisi ne rate pas la mire des 40 m en face, juste avant d'être remplacé par le champion du monde sud-africain Handre Pollard.
66e : Bouthier tout près du doublé ! L’arrière héraultais intercepte (encore) une passe castraise, de Zeghdar, tape au pied mais le ballon lui est défavorable dans les 22 m du CO. Le suspense, déjà moribond, a failli être achevé.
64e : Verhaeghe revient, le 3e ligne aile et capitaine du MHR Camara sort.
63e : A force d’accumuler les pénalités côté MHR, Van Rensburg a pris un carton jaune. Mais alors que le CO était tout près de planter son premier essai, Bouthier intercepte et renvoie le jeu dans le camp tarnais.
63e : Le coaching, illisible pour le profane, se poursuit. Ben Nicholas revient sur le terrain côté castrais à la place du flanker Champion de Crespigny (il est Australien). Au MHR, le pilier gauche Lamositele est remplacé par Rodgers.
63e : Séquence émotion dans le vestiaire du MHR à la mi-temps.

 

62e : La mêlée castraise, si malmenée en première mi-temps, a pris le dessus depuis. Nouvelle pénaltouche à 10 m de la ligne héraultaise. Le problème, c'est que le CO recule de 15 m dans la foulée.
61e : 20 points à rattraper en 20 minutes. Mission impossible a priori, surtout que Tom Cruise n’est pas tarnais.
60e : Le talonneur international Barlot sort au CO, pour Ngauamo. Au MHR, le centre sud-africain Serfontain laisse la place à Ngandebe, habituel ailier. On peut penser qu’Arthur Vincent va glisser de l’aile au centre.
59e : Haouas, Chalureau et Paillaugue sortent à Montpellier. Ils sont remplacés par Thomas, Capelli et Aprasidze. Côté castrais, Combezou revient sur le terrain et remplace Palis.
58e : Le démarrage de Wayan De Benedettis, le pilier remplaçant de Castres, qui échappe à deux Montpelliérains et emporte avec lui le troisième pour finir dans l’en but !!! Après recours à l’arbitrage vidéo, l’essai n’est pas accordé. Et M. Trainini revient à une pénalité pour le CO, qui tape en touche.
57e : Montpellier est beaucoup plus pénalisé depuis le retour sur la pelouse. Mais tant que le score ne bouge pas, je pense que ça convient au MHR.
54e : Pénalité pour le CO sur cette mêlée ! Les Castrais redemandent la mêlée. Tout ça pour enterrer un ballon au sol par Cocagi, alors que le capitaine montpelliérain Camara avait réussi à mettre les mains…
54e : Pénalité pour le CO sur cette mêlée ! Les Castrais redemandent la mêlée. Tout ça pour enterrer un ballon au sol par Cocagi, alors que le capitaine montpelliérain Camara avait réussi à mettre les mains…
53e : Le CO continue d’insister et récupère une mêlée à 10 mètres de l’en-but montpelliérain. Pas forcément un cadeau pour le pack castrais ce soir… Le pilier droit géorgien Chilachava, qui remplace Hounkpatin, va tenter d’aider ses collègues à changer la donne.
51e : La pénalité est jouée vite à la main et Dumora file aplatir… Mais l’essai est refusé car une main montpelliéraine traînait sous le ballon.
50e : Le CO pousse, à deux mètres de la ligne montpelliéraine, et récupère une pénalité pour un hors-jeu héraultais. L’action se passe devant le virage des supporteurs castrais, déchaînés malgré le score.
49e : A Montpellier, premier changement : le 2e ligne Verhaeghe, auteur du 2e essai, laisse la place au Sud-Africain Van Renseburg, seul survivant sur la feuille de match côté montpelliérain de la défaite en finale face au CO, en 2018/
48e : 4 changements d’un coup à Castres. Le pilier Walcker, le demi de mêlée Arata, le centre Combezou et le n° 8 Ben Nicholas sortent. De Benedittis, Fernandez, Cocagi et Delaporte entrent… On tente le tout pour le tout côté tarnais, logique…
46e : QUELLE PERCEE DE COMBEZOU !!! Mais le centre castrais est bien seul et au temps de jeu suivant, les Montpelliérains récupèrent le ballon et arrivent à se dégager…
44e : Le coup de pied de Dumora… Un vrai coup de pied de coucou, il n’a pas gagné beaucoup de mètres avec ça…
42e : Changement en 2e ligne à Castres, avec la rentrée de Loïc Jacquet, qui dispute le dernier match de sa carrière, à la place du jeune Florent Vanverberghe.
22h09 : C’EST REPARTI AVEC LE CASTRAIS DUMORA QUI TAPE !
22h08 : Allez, les équipes reviennent sur le terrain, on va reprendre. Curieux de voir la réaction des Castrais. Si réaction il y a.
Bon, on ne vous fait pas un dessin. Trois essais marqués dans les 12 premières minutes par le MHR, le CO qui perd son stratège sur blessure et se retrouve surclassé en conquête… Les Tarnais ne s’avouent jamais vaincus mais là, ça sent quand même très mauvais. Montpellier n’est plus qu’à 40 minutes de son premier Bouclier de Brennus. Voici le premier essai qui a tout déclenché. Je vous laisse quelques minutes, Aya Nakamura retentit dans le Stade de France et je vais un peu danser. A tout à l’heure pour la deuxième période !

 

21h54 : C’EST LA MI-TEMPS
38e : Et voilà comme prévu… Après une mêlée à rejouer, le pilier droit montpelliérain Haouas enfonce le gauche castrais Walcker. C’est un cadeau pour Paillaugue à 10 m en face des perches (3-23).
36e : Le MHR revient tout de suite dans les 22 m castrais mais Serfontain commet un en avant. Mêlée introduction CO. Mais vu le début de match, les Tarnais ne sont pas trop sereins…
34e : LES PREMIERS POINTS POUR LE CO !!! Dumora passe une pénalité de 40 m. Allez, plus que 17 points de retard pour les Tarnais (3-20)...
33e : Avec tout ça, j’ai complètement oublié de vous parler de la réorganisation castraise à la suite de la sortie d’Urdapilleta. L’arrière Dumora est passé à l’ouverture, un poste qu’il a longtemps occupé, l’ailier Palis à l’arrière, un poste qu’il maîtrise aussi, et le remplaçant Zeghdar sur l’aile droite.
31e : Le CO dans les 22 m montpelliérains, ce n’est pas arrivé souvent. Suite à une pénalité, les Tarnais choisissent la pénaltouche. Mais ils perdent le ballon et Bouthier dégage loin en touche.
28e : Guirado doit sortir (pour un protocole commotion ?). Il est remplacé par Paenga Amosa. Espérons que l’ancien capitaine des Bleus n’a pas déjà fini le dernier match de sa carrière. Au fait, pas de carton pour Babillot et le MHR a choisi la mêlée plutôt que le but, ce qui est un peu étonnant malgré l’avance des Héraultais.
27e : Encore une pénalité dans les cordes de Paillaugue, après un plaquage dangereux de Babillot, assisté de Staniforth, sur Guirado (épaule dans le visage). Un carton à venir ?
26e : « Allez le CO, allez », chantent les supporteurs castrais, admirables alors qu’ils se sont tapé 26 heures de car pour voir leurs favoris se faire démembrer…
26e : « Allez le CO, allez », chantent les supporteurs castrais, admirables alors qu’ils se sont tapé 26 heures de car pour voir leurs favoris se faire démembrer…
24e : Le quatrième essai de Montpellier pour Vincent Rattez !!! Non, il y avait un avant sur l’action. Je n’ose pas écrire que Castres respire, tant le score est déjà lourd.
22e : En avant du centre castrais Botitu. La cata complète pour le CO.
20e : Pénalité pour le MHR sur un maul écroulé par les Castrais. A 23 mètres quasiment en face des poteaux, c’est un cadeau pour Benoît Paillaugue, qui sale l'addition (0-20).
18e : Les supporteurs castrais, sonnés, tentent de lancer quelques « CO » pour se redonner du courage. On a déjà vu les Tarnais renverser des montagnes. Mais là, ce sont eux qui viennent de se faire bousculer en mêlée fermée. Quand tout part en c…
15e : Forcément, quand son buteur sort, c’est plus compliqué. Julien Dumora tente une pénalité de 40 m à droite mais c’est raté.
14e : Et comme si ça ne suffisait pas, le CO perd son maître à jouer, l’ouvreur argentin Benjamin Urdapilleta, qui sort en boitant. L’habituel centre Antoine Zeghdar entre à sa place.

 

12e : INCROYABLE. Le troisième essai du MHR est signé par l'arrière Anthony Bouthier à l'issue d'une action de grande classe et d'une superbe passe décisive d'Arthur Vincent !!! Paillaugue rate la transfo en coin mais ça fait déjà 0-17...
Ben non, l'essai est bien validé. Et cette fois, Paillaugue le transforme. Une entame de rêve pour Montpellier !!! (0-12)
10e : Le deuxième essai du MHR, par Florian Verhaeghe en force !!! J’avais pourtant vu cru voir un en avant de passe au cours de l’action.
Un essai signé Arthur Vincent. Devant ses 22 m, l'ailier castrais Palis tente un coup de pied par-dessus hors de propos. Le MHR récupère et sur l'aile droite, le n°8 Mercer adresse un merveilleux coup de pied suivi et aplati par l'ailier montpelliérain, revenu récemment de 8 mois de blessure. La transformation ne passe pas.
6e : ESSAI POUR MONTPELLIER !!!
4e : Première attaque d’envergure dans la partie, et elle est pour le CO, qui balaie la pelouse de part et d’autre avant de perdre le ballon à 10 mètres de la ligne du MHR.
2e : Plaquage sans ballon du Montpelliérain Serfontain sur Arata, puis échauffourées alors que le demi de mêlée du MHR Paillaugue reste au sol. Rugueux, tout ça…
2e : Une bonne partie de ping-pong rugby pour commencer. Sans surprise (ne partez pas tout de suite !!!)
21h04 : C’EST PARTI (avec une minute d'avance donc) !!!
21h02 : Le ballon est entre les mains de l’ouvreur montpelliérain Paolo Garbisi. Les fauves vont bientôt être lâchés.
21h : Voilà c'est fini. Le président de la République quitte le terrain. Les joueurs courent pour se réchauffer un peu. Le poing rageur du Castrais Combezou vers ses supporteurs...
20h56 : Bon, c’est long là. Les joueurs n’en peuvent déjà plus, certains font des étirements, le public lance une « ola ». Et Emmanuel Macron n’en est encore qu’à la présentation des arbitres (dont Tual Trainini, celui du centre). Il doit encore saluer tous les Montpelliérains…
20h55 : Un petit papier Castres, ça vous dit avant le match ? Non ? De toute manière, c’est moi qui gère ce direct. Et comme c’est aussi moi qui ai écrit l’article avant les demi-finales et que j’ai un gros ego, le voici.

 

20h50 : Le président Macron descend sur la pelouse pour le traditionnel serrage de paluches d’avant-match. Des sifflets dans le public, comme d’hab'.
20h47 : Une chorale d’enfants chante La Marseillaise. Leurs voix sont submergées par celle du public.
20h42 : Le Bouclier de Brennus arrive sur la pelouse. Les supporteurs sont en transe. Mais la moitié repartira brocouille, comme on dit dans le Bouchonnois.
20h39 : Bon, coup d'envoi à 21h05 selon la dame qui anime l'avant-match. A ce rythme-là, on va commencer aussi tard que pour la finale de Ligue des champions...
20h35 : Bon, le Stade de France est loin d'être plein pour l'instant. Aucun problème à l'extérieur de l'enceinte pourtant, a priori.
20h30 : Les vainqueurs de ce soir brandiront le célèbre Bouclier de Brennus.

Un objet à l’histoire aussi riche que cabossée, que Gilles Durand vous raconte dans ce podcast.

 

20h25 : Bon, en fait les deux équipes reconduisent les mêmes 23 joueurs qu’en demi-finale. Alors qu’il devait faire son retour, le pilier du MHR Enzo Forletta, blessé aux cervicales, laisse comme contre l’UBB sa place au Sud-Africain Robert Rodgers.
20h25 : Les speakers tentent d'ambiancer l'enceinte. Net avantage CO pour l'instant, sur le plan vocal.
20h18 : Je m’en voudrais de ne pas vous dire qu’il y a eu un match en lever de rideau, et qu’Agen l’a emporté sur Massy en finale du championnat de France cadets Gaudermen (moins de 15 ans).

 

20h15 : En attendant, je vous propose cet excellent papier de Jérôme Diesnis sur le rôle de Philippe Saint-André, ancien sélectionneur pestiféré du XV de France, dans le retour au premier plan du MHR.

 

20h10 : Bon, alors je m’interroge. Le match était initialement annoncé à 20h45 mais les écrans géants du Stade de France annoncent 21 h. Peut-être aura-t-on droit, outre la présentation des équipes, à des spectacles de cracheurs de feu puis de caniches savants pour meubler ce fameux quart d’heure.
20h08 : Le DJ Cut Killer propose un remix pour ambiancer un peu le SDF, avec notamment Welcome to the jungle de Guns N' Roses, Let’s Dance de David Bowie et Say So de Doja Cat (merci Shazam pour ce dernier titre).
20h05 : Et Montpellier maintenant. Là aussi, prime à la stabilité une semaine après le rude succès sur l’UBB : le seul changement se trouve sur le banc avec le retour de blessure du pilier Enzo Forletta.

 

20h02 : Bon, le Stade de France se remplit gentiment à moins de 45 minutes du coup d’envoi de cette finale. Voici les compos, à commencer par celle de Castres (aucune préférence, le CO est juste sorti premier de la phase régulière du Top 14). Zéro changement par rapport à la demi-finale victorieuse face au Stade Toulousain.

 

20h : BONSOIR LA FRANCE !!!
Salut les ami(e)s du ballon qui rebondit où il veut ! Le grand public (et les diffuseurs) auraient sans doute préféré une affiche Stade Toulousain – UBB. Mais c’est Castres et Montpellier qui s’affronteront ce vendredi soir en finale du Top 14, et le premier et le deuxième de la saison régulière n’ont rien volé.

L’affiche avait déjà été diffusée au Stade de France en 2018, et s’était terminée par une victoire du club tarnais (29-13). Quatre ans plus tard, la plupart des visages ont changé. Et il semble difficile de dégager un favori dans cette confrontation au cours de laquelle, « ça devrait taper fort », pour reprendre un bon cliché du vocabulaire rugby. Le CO vise un sixième Bouclier de Brennus, qui serait le troisième depuis 2013, alors que pour le MHR, son richissime président Mohed Altrad et son manager Philippe Saint-André, ce serait le premier.

» Rendez-vous aux alentours de 20 h pour lancer cette finale