OM - RCSA : L'incroyable soirée des Marseillais racontée par Jorge Sampaoli et ses joueurs

FOOTBALL Les Marseillais ont vécu une soirée incroyable samedi soir au stade Vélodrome en arrachant la 2e place de Ligue 1 grâce à leur victoire 4-0 contre Strasbourg, et à l’égalisation lensoise en toute fin de match contre Monaco (2-2)

Adrien Max
— 
Mattéo Guendouzi et les Marseillais finissent 2e de Ligue 1 grâce à l'égalisation Lensoise contre Monaco.
Mattéo Guendouzi et les Marseillais finissent 2e de Ligue 1 grâce à l'égalisation Lensoise contre Monaco. — Sylvain THOMAS / AFP
  • Incroyable scénario samedi soir au stade Vélodrome, qui a vu l’OM finalement finir 2e de Ligue 1 après sa large victoire contre Strasbourg (4-0), couplé au nul de Lens contre Monaco (2-2).
  • Les Lensois ont égalisé à la 96e minute de leur match, une égalisation qui a provoqué l’explosion de joie de tout le stade Vélodrome, des supporters aux joueurs.

Au stade Vélodrome,

« J’ai compris que Lens avait marqué quand le stade a crié, personne ne m’a prévenu. J’ai aussi vu Kamara qui célébrait ce but et là, il y a eu beaucoup de joie », l’entraîneur de l'Olympique de Marseille, Jorge Sampaoli, depuis sa zone technique, et Valentin Rongier de l’autre côté : « J’étais à l’opposé du banc et j’ai entendu le stade exploser alors qu’on n’avait pas marqué... Donc je me suis dit, " c’est forcément ça ", j’ai regardé vers le banc et j’ai compris ». Dimitri Payet, avec William Saliba, en tribune : « A partir du 3-0 on regardait le match de Lens, c’était sur mon téléphone parce que j’ai de la bonne 4G. Dernier coup franc… Et on a tous sauté ! C’est moi qui ai crié en premier, et après le stade a explosé », s'est marré le défenseur, suspendu pour ce dernier match de la saison. 

Des larmes de Pablo Longoria, à l’intense accolade entre Sampaoli et Guendouzi, ou Mandanda, puis Payet, chaque Marseillais a vécu « un moment extraordinaire », samedi soir au stade Vélodrome, lorsque Lens a égalisé contre Monaco (2-2) en toute fin de match (96e). Une égalisation, couplée à l’écrasante victoire des hommes de Sampaoli (4-0), synonyme de deuxième place de Ligue 1 et de qualification directe pour la prochaine Ligue des champions.

« La plus belle émotion que j’ai vécu dans le sport »

Surtout d’intenses émotions. « Ça a été difficile pour le cœur. Il y a beaucoup d’émotions aujourd’hui, parmi les plus belles. Mes deux enfants étaient là et ça a été une émotion terrible, dans ce stade », a confié l’Argentin. « Un moment extraordinaire, c’est difficile à décrire. Franchement il fallait être joueur de l’OM ou supporters dans les tribunes pour décrire ce moment. C’est vraiment magique », a savouré Mattéo Guendouzi, arrivé en zone mixte à coup de « pow, pow pow » pour fêter cette deuxième place.

Valentin Rongier, épuisé par les dernières minutes de cette folle soirée, était, lui, très ému d’avoir « atteint l’objectif » :

« Quand j’ai compris que Lens avait marqué je vous avoue que mes nerfs ont un peu lâché. C’est magnifique, pour nous, pour le club, pour les supporters. Je pense que c’est la plus belle émotion que j’ai vécu dans le sport. C’est les larmes de joie qui sont montées. Je suis content de faire partie de cette équipe Tout le monde le mérite. »

« Il n’y a qu’à l’OM que tu peux voir ça »

Un scénario incroyable rendu possible grâce à l’égalisation du Lensois Ganago, à qui Guendouzi va lui « envoyer un texto pour lui donner quelque chose de bien ». Mais les Marseillais auraient même pu l’arracher seul puisque le VAR allait intervenir pour une main strasbourgeoise en toute fin de match. « Je suis sûr qu’on l’aurait fait, il n’y a qu’à l’OM que tu peux voir ça », en a même plaisanté Valentin Rongier.

Mais Stéphanie Frappart, l’arbitre de ce match, a préféré siffler, après l’égalisation lensoise et « l’envahissement de terrain » du staff marseillais, jusqu’au propriétaire Frank McCourt. L’hymne de la Ligue des champions pouvait retentir dans un stade Vélodrome en fusion, pendant que les joueurs venaient saluer les autres héros du soir : les 63.873 supporters qui ont partagé ce moment unique avec leur équipe. Et qui revivront donc les folles soirées de la Ligue des champions la saison prochaine.