Espagne : Piqué a-t-il touché une commission pour faire jouer la Supercoupe en Arabie Saoudite ?

FOOTBALL Selon des informations publiées par la presse espagnole, le défenseur espagnole aurait touché plusieurs millions d'euros via Kosmos pour déplacer la Supercoupe d'Espagne en Arabie Saoudite

Julien Laloye
— 
Gerard Piqué, l'entremetteur de la Fédération espagnole en Arabie Saoudite.
Gerard Piqué, l'entremetteur de la Fédération espagnole en Arabie Saoudite. — LLUIS GENE / AFP

C’est une délocalisation qui fait beaucoup parler en Espagne depuis que la Supercoupe d’Espagne se joue chaque année en janvier en Arabie Saoudite (quatre éditions depuis 2019). Grosso modo, tout le monde avait compris que la fédération espagnole avait pris un énorme chèque  (24 millions d’euros par an au début, 40 millions désormais) pour exposer à Riyad le Real, le Barça, et deux clubs qui peuvent se joindre à la fête selon des critères mouvants, le tout en dépit du bon sens sportif à une période de l’année où les joueurs voudraient surtout récupérer physiquement.

10 % pour Piqué in fine

Mais selon les révélations ce lundi d’El Confidencial, les détails économiques de l’opération sont encore plus scabreux qu'on ne pouvait le craindre : Gérard Piqué himself aurait touché des millions d’euros de commission via Kosmos, l’entreprise à l’origine du deal entre le royaume saoudien et la fédé espagnole, dirigée par Rubiales. Plusieurs enregistrements audios diffusés par le média ibérique laissent assez peu de place au doute.

Ainsi, en 2019, Piqué expliquait à Rubiales les dessous des discussions : « Voyons voir, si c’est une affaire d’argent, pour 8 millions le Real dira OK. Donc 8 pour le Real, 8 pour le Barça, et les autres on leur donne 2 millions et 1 million. Et ça laisse 6 millions pour vous, la Fédération. Et si on met un peu la pression aux Saoudiens, on peut peut-être gratter un ou deux millions en plus ».

El Confidencial diffuse un enregistrement postérieur, cette fois-ci de Rubiales, qui s’adresse à Piqué : « Geri, félicitations, et je ne fais pas référence au super match d’hier et à ton but. Je parle du fait qu’il est midi et que, par conséquent, l’accord avec les Saoudiens est validé. Merci pour tout, je suis là pour tout ce dont tu peux avoir besoin. Prends soin de toi, mon ami. » Une conversation qui précède de peu l’officialisation d’un accord très profitable à la Fédération espagnole, qui a toujours nié avoir versé elle-même l’argent à Kosmos, l’intermédiaire décisif dans l’affaire. La société de Piqué aurait pourtant touché 10 % de la somme prévue dans l’accord, « une commission standard pour le marché », selon des proches du capitaine catalan interrogés par El Pais.

Un intérêt sportif discutable

Ces derniers en profitent pour rappeler que la délocalisation de l’épreuve a permis à la fédération de multiplier ses revenus, passés de 120.000 euros à 40 millions grâce à ce changement de format. Du côté de la fédération, qui a porté plainte pour vol de documents le 14 avril dernier, tous les détails de l’accord ont été présentés et validées par l’assemblée générale. Il n’empêche, ni Rubiales ni Piqué ne vont sortir grandis de cette histoire.