OM - OGC Nice : Gerson, l'homme à tout bien faire des Marseillais

FOOTBALL L'Olympique de Marseille s'est imposé de justesse 2 buts à 1 face à l'OGC Nice, dimanche soir au stade Vélodrome, et reprend, seul, la deuxième place de Ligue 1

Adrien Max
— 
La colère d'Andy Delort contre l'arbitrage après OM - Nice (2-1) — 20 Minutes
  • Les Marseillais ont tenu bon pour remporter, 2 buts à 1, leur duel dans la course à la Ligue des champions contre l'OGC Nice, dimanche soir au stade Vélodrome.
  • Les hommes de Jorge Sampaoli reprennent seuls la deuxième place de Ligue 1 grâce à cette victoire, et distancent leurs adversaires du soir.
  • L'entraineur argentin, suspendu, avait encore reservé un coup tactique en titularisant Gerson au poste de latéral gauche.

Au stade Vélodrome,

Les derniers matchs de l’OM donnent raison à Jorge Sampaoli. Et à Gerson. L'Olympique de Marseille a réalisé un très joli coup dimanche soir au stade Vélodrome, lors du match de clôture de la 29e journée de Ligue 1, et surtout du choc entre le 2e et le 3e du championnat, en battant l'OGC Nice de justesse (2-1).

Comme souvent l’entraîneur de l’OM avait réservé quelques surprises au coup d’envoi de ce match, et nous étions nombreux en tribune de presse à nous interroger sur ce choix de ne titulariser aucun joueur latéral de métier. Pas de Luan Peres ou Sead Kolasinac à gauche, ni de Pol Lirola à droite. Mais un Valentin Rongier dans son rôle hybride, latéral droit en phase défensive, et milieu en phase offensive, et un Gerson dans celui de piston à gauche. Avec une défense à trois Saliba, Kamara, très bon, et Caleta Car.

« Un joueur un peu plus offensif qu’un latéral classique »

« On avait imaginé un 5-4-1 en défense, avec Gerson qui était ce 5e joueur sur le côté gauche. On pensait pouvoir ainsi attaquer par l’extérieur. On pensait qu’il pouvait tenir ce rôle et rivaliser avec des joueurs rapides. L’idée était d’avoir un joueur un peu plus offensif qu’un latéral classique, tout en le protégeant un peu avec les quatre autres défenseurs », expliquait après match Jorge Desio, sur le banc après la suspension de Jorge Sampaoli.

Gerson, plus habitué au milieu qu’au couloir, mais qui avait déjà dépanné à ce poste, a très rapidement dicté le tempo du début du match, en grattant beaucoup de ballons. Sans jamais oublier de se projeter. Largement critiqué à son arrivée à Marseille, le brésilien s’est même offert une petite acclamation en fin de première mi-temps à la faveur d'un nouveau retour défensif. 

Repos bien mérité

Trois jours après avoir offert l’avant-dernière passe les mains sur les hanches, sur le but vainqueur de l’OM contre Bâle en Coupe d’Europe, Gerson s'est offert le luxe d'être encore décisif. En déposant un centre millimétré sur la tête de Cédric Bakambu, a en faire pâlir Peres et Kolasinac réunis, pour enfin permettre à son équipe de prendre le large à domicile (89e). Parce que trois minutes plus tard, le milieu niçois Mario Lemina marquait contre son ancien club (90+2), un but qui aurait pu coûter une cruelle égalisation. Et une douche froide au Vélodrome. 

Mais l’OM va mieux, et enchaîne une quatrième victoire de suite, championnat et coupe Ligue Europa Conférence confondus. Dont deux à domicile. Les Marseillais récupèrent surtout la 2e place, seuls, avec un point d’avance sur Rennes, et trois sur Nice. Et Gerson va pouvoir profiter de la trêve internationale pour se reposer, pour une fois qu’il n’est pas sélectionné avec le Brésil cette saison. Alors qu’il est pourtant au meilleur de sa forme, parfait pour la fin de saison de l’OM.