FC Nantes : Entre fronde anti-Kita et résultats sportifs au top, les supporteurs pris entre deux feux

FOOTBALL Le FC Nantes vit sa plus belle saison depuis bien longtemps. Alors que la fièvre jaune s’empare des supporteurs, d’autres vivent cette belle parenthèse avec retenue

Pierre-Alexandre Aubry
Des supporters en liesse après la victoire de Nantes contre Monaco, en demi-finale de Coupe de France.
Des supporters en liesse après la victoire de Nantes contre Monaco, en demi-finale de Coupe de France. — L.Venance/AFP
  • Le FC Nantes réussit sa meilleure saison sous l'ère Kita, président du club depuis 2007.
  • Mais la joie des résultats sportifs n'efface pas tout chez certains supporteurs.
  • Depuis la victoire contre le PSG et la qualification du FCN en finale de la Coupe de France, d'autres supporteurs font leur arrivée au stade.

Le 3 mars dernier, il est bientôt 23 h 30 lorsque le stade de la Beaujoire exulte. Moses Simon vient d’inscrire le tir au but vainqueur du FC Nantes contre l'AS Monaco, en demi-finale de la Coupe de France. Le stade plein à craquer est en feu et des milliers de supporteurs envahissent alors la pelouse. Aux côtés des supporteurs présents ce soir-là, les joueurs dansent et célèbrent la validation de leur ticket pour le Stade de France. Au milieu de cette joie, une banderole affiche : « Soutien à ceux qui œuvrent pour nous rendre le FCN », en référence au projet de rachat du FCN mené par Mickaël Landreau et le Collectif nantais.


La scène illustre à elle seule l’état d’esprit des supporteurs nantais cette saison. Car derrière l’émotion des résultats, certains n’oublient pas les difficultés passées : des changements de coach à répétition au projet de déménagement du centre d'entraînement. La tension entre la direction du club et ces supporteurs s’est accentuée la saison passée. Et certaines plaies restent ouvertes. Pour eux, une qualification en finale de la Coupe de France n’efface en rien les relations tumultueuses qu’ils entretiennent avec le président du club, Waldemar Kita. « Il y a toujours une colère vis-à-vis de la direction. Le soir de Nantes – Monaco, il y a en a qui étaient au fond du trou, pensant qu’ils allaient reprendre pour dix ans de Kita », raconte Thierry Tissot, président des Activ Nantes Supports. 

Des vaccinés de la fièvre jaune

Partagés entre émotions des bons résultats sportifs et contestations contre la direction, les suiveurs du FCN sont comme divisés. Si la fièvre jaune s’est emparée du public nantais, d’autres résistent. Parfois à l’extrême, comme pour Jonathan : « Les résultats du club ne me touchent plus. Même la qualification en finale de Coupe de France ne m’a pas procuré d’émotions », explique le supporteur de 36 ans, qui ne vient plus au stade depuis sept ans. « Les résultats ne changent rien à mon envie d’aller au stade. Je suis abonné en Loire depuis trois ans et j’y vais pour revendiquer mon amour pour mes couleurs et pour protester contre la gestion catastrophique du club. Que l’on soit 5e ou 19e, rien ne changera », indique Corentin, 29 ans.

Maxime, autre supporteur du FC Nantes, ajoute : « Cette saison va diminuer le désamour de certains supporteurs pour le club, mais pas totalement. Impossible d’oublier une certaine gestion calamiteuse ». Pour certains, les résultats ne font pas tout oublier pour autant. « Il y a un côté schizophrène dans tout cela. Avec des supporteurs qui reviennent au stade d’un côté, et une colère contre la direction du club, de l’autre côté », analyse Thierry Tissot. « Tu fais plus de 20.000 spectateurs au stade contre Montpellier un dimanche après-midi (le 6 mars). Il y a un engouement. Je le vois aussi avec le nombre d’adhérents qui augmente chez nos supporteurs, depuis la qualification en finale de la Coupe de France ».

FC Nantes PSG
FC Nantes PSG - S. Salom-Gomis/AFP

« Une question de génération »

En enchaînant dix matchs de rang sans défaite à domicile, les joueurs d’Antoine Kombouaré ont donné envie à certains de revenir à la Beaujoire. D’autant que des matchs comme ceux contre Lens, le PSG ou Monaco ont procuré de belles émotions aux fans. Pour Maxence, 17 ans, « retourner à la Beaujoire redevient un événement » désormais. Bilal, qui allait au stade « de temps en temps » depuis ses quinze ans, y revient à chaque rencontre cette année. « Je me suis même pris des places pour le Parc des Princes sur un coup de tête. Je sens un réel engouement dans la tribune Loire, surtout contre Paris et Monaco où on sentait une passion dans les yeux des gens. »

A 20 ans, Bilal et d’autres jeunes fans des Canaris n’ont pas connu grand-chose avec leur club de cœur. Cette saison 2021-2021 est aux antipodes de la précédente. Et ils ont bien l’intention de la vivre à fond. « C’est une question de génération. On n’a rien connu à part une remontée en Ligue 1 », raconte Maxime Thomas, co-président de La Maison Jaune. S’il n’est pas en phase avec les valeurs actuelles du club, il sera malgré tout derrière son équipe le 7 mai prochain au Stade de France, face à Nice. « Il ne faut pas oublier que le président est de passage. Mais le palmarès, lui, il va rester ».

Ce samedi soir, le FCN reçoit Lille. Dans une Beaujoire qui devrait accueillir au moins 25.000 personnes. Preuve de cet engouement grandissant du public pour le FC Nantes. Ce match sera une nouvelle occasion pour les joueurs nantais de faire la fête avec leurs supporteurs, en enchaînant, pourquoi pas, un onzième match de rang sans défaite à la Beaujoire. Une parenthèse enchantée qui pourrait durer. En tout cas, au moins jusqu’au mois de mai.