FC Nantes : « Mieux que des éoliennes...» A Vair-sur-Loire, que pensent les riverains du projet de centre d'entrainement du FCN ?

FOOTBALL Le FC Nantes pourrait déménager son centre d'entraînement à Vair-sur-Loire, à 50 km de Nantes. Le projet ne plaît pas à tous, mais qu'en pensent les riverains ? Reportage sur place

Pierre-Alexandre Aubry
— 
Le centre d'entraînement de la Jonelière pourrait déménager.
Le centre d'entraînement de la Jonelière pourrait déménager. — P-A. Aubry/20 Minutes

Née de la fusion d’Anetz et Saint-Herblon, la commune de Vair-sur-Loire est au centre des attentions depuis quelques mois. Il faut dire que cette petite ville de près de 5.000 âmes pourrait accueillir le futur centre d’entraînement du FC Nantes. Une immense parcelle de 37,5 ha, près d’Ancenis a d’ailleurs fait l’objet d’un acte de vente, pas encore signé, entre la  Communauté de communes du Pays d’Ancenis (Compa) et Waldemar Kita, par l’intermédiaire de la société Flava Group, dont il est le président. Le FC Nantes devra débourser 2,1 millions d’euros pour acquérir ce terrain.



Situé à 50 km de Nantes, ce projet est décrié par nombre de supporters, notamment pour son éloignement de la Cité des Ducs. Pas encore conclu, le dossier avance. A Vair-sur-Loire, et plus précisément au lieu-dit La Mercerie, les potentiels riverains du centre d’entraînement en sont convaincus : le projet ira à son terme. Dans ce petit hameau, situé à deux pas de l'A11 qui relie Nantes à Angers, une petite dizaine de maisons se côtoient. Ici, le sujet FC Nantes revient régulièrement dans les conversations. Le futur centre d’entraînement est dans les têtes, et l’aboutissement de ce dossier ne fait aucun doute selon eux.

« Plein de rumeurs »

C’est le cas de Didier, qui a acheté sa maison ici il y a une quarantaine d’années. Il n’y avait alors que trois terrains aménagés. Depuis quelques années, il a vu arriver pas mal de nouveaux voisins, avec la construction d’une petite dizaine de maisons individuelles. Mitoyen au terrain mis en vente par la Compa, il se voit bien en futur voisin de la Maison Jaune. « Si cela se fait, c’est une bonne chose. Car ces terrains sont inoccupés et non cultivables. Cela vaut mieux qu’une porcherie ou des éoliennes ! »

Il faut dire que ces habitants de Vair-sur-Loire ont eu vent de nombreux projets avant que celui du FC Nantes ne sorte du bois. « On savait que quelque chose allait arriver ici. On a d’abord entendu parler d’une déchetterie, puis d’un centre d’essai de Manitou », explique Sylvain, qui a acheté ici il y a cinq. « Il y a plein de rumeurs qui ont couru ici. Tellement que cela nous rassure d’avoir ce projet-là », ajoute une voisine. Entre entendre des machines toute la journée ou des coups de sifflet : les riverains de La Mercerie ont fait leur choix. « Ce serait une bonne chose pour la commune si autre chose vient se greffer après Manitou à Ancenis », lance Didier, qui est également supporter des Jaunes et Verts.

Le futur centre d'entraînement du FC Nantes pourrait s'installer à Vair-sur-Loire.
Le futur centre d'entraînement du FC Nantes pourrait s'installer à Vair-sur-Loire. - P-A. Aubry/20 Minutes

Une arrivée attendue

Pour Sylvain, c’est l’économie locale qui profiterait de cette arrivée des footballeurs nantais dans le secteur. « Cela va amener du pouvoir d’achat, c’est bon pour le commerce local. Je me dis aussi que le quartier peut prendre de la valeur ». Un pari sur l’avenir, même si d’autres habitants de la commune doutent de cet impact sur l’économie du territoire : « S’ils viennent juste travailler ici et qu’ils n’y vivent pas, ce n’est plus pareil », lance un Vairlois, plus réservé sur cette arrivée du FC Nantes dans sa commune. « On souhaite que cela se fasse », disent les riverains proches de ce futur centre d’entraînement, qui ne seraient « pas surpris » de voir le FCN quitter la Jonelière pour débarquer chez eux.

* Manitou est une entreprise basée à Ancenis qui produit du matériel de manutention à destination de la construction, de l’agriculture et des industries

Dans un communiqué publié le 5 janvier, l'association Anticor a fait part d'un »beau cadeau« dont Waldemar Kita aurait bénéficié de la part de la Communnauté de communes du pays d'Ancenis, concernant le prix de vente du terrain de ce futur centre d'entraînement. D'après Anticor, le terrain aurait été vendu aux rabais par rapport aux tarifs des estimations domaniales. «Cette vente au prix de 5.28€ le m² pose un grave problème en termes de légalité car elle est bien en dessous des estimations domaniales qui s’élève à 6.27€ le m². Le rabais accordé par la Compa à Flava Groupe s’élève donc à 344.500 €». Anticor 44 a sollicité la préfecture de Loire-Atlantique pour qu’elle fasse un recours gracieux «afin que cette délibération soit retirée».