OM - FC Bâle : « On aurait du partir avec quatre buts d'écart, minimum », les Marseillais regrettent encore leur manque d'efficacité

FOOTBALL L’Olympique de Marseille s’est imposé 2 buts à 1 jeudi soir au stade Vélodrome contre le FC Bâle pour les 8es de finale aller de la Ligue Europa Conférence

Adrien Max
Milik, buteur pour l'OM contre le FC Bâle en ligue Europa Conférence.
Milik, buteur pour l'OM contre le FC Bâle en ligue Europa Conférence. — Nicolas TUCAT / AFP
  • Les Marseillais ont assuré l'essentiel en s'imposant 2 buts à 1 contre le FC Bâle, avant le match retour en Suisse jeudi prochain.
  • Arek Milik a inscrit un doublé, mais les Marseillais ont encore manqué de réalisme.
  • Les hommes de Jorge Sampaoli se sont compliqués la tâche en encaissant un but dans le dernier quart d'heure alors que les joueurs du FC Bâle n'avaient pas été dangereux jusqu'alors.

Au stade Vélodrome,

Sentiment partagé à Marseille, malgré un beau match des hommes de Jorge Sampaoli. L'Olympique de Marseille a assuré l’essentiel jeudi soir au stade Vélodrome en battant le FC Bâle 2 buts à 1 lors du match aller des 8es de finale de la Ligue Europa Conférence. Mais encore une fois, les Marseillais n’ont pas été assez tueurs. Et comme trop souvent, ils se sont fait peur en fin de match en encaissant un but dans le dernier quart d’heure.

« Il faut mettre en valeur ce qu’a réalisé l’équipe, mais c’est vrai que c’est dommage de rentrer avec ce court écart. Surtout qu’il semble y avoir hors jeu sur leur but », a analysé Jorge Sampaoli à l’issue de la rencontre.

On doit être plus tranchant

Et il y a de quoi avoir des regrets pour les coéquipiers de Dimitri Payet, tant ils ont largement dominé leur adversaire. Milik, toujours lui, n’a pas tremblé au moment de convertir son penalty (18e) avec une subtile panenka. C’est encore lui qui a offert un avantage confortable à son équipe en étant au bon moment, au bon endroit, pour reprendre un ballon repoussé par le gardien suisse (67e). Ce qui fait 28 buts en 44 matchs pour l’attaquant Polonais, seul Didier Drogba a ce même ratio avec l’OM.

Mais le numéro 9 semble bien trop seul à pouvoir faire la différence du côté de l’OM, même si on a pu voir du mieux en terme de jeu. « On doit être plus tranchant, prouver la différence de niveau avec nos adversaires. On aurait dû partir avec quatre buts d’écart, minimum », a déploré Jorge Sampaoli. Excepté Milik, et ses deux buts, l’OM a été une métaphore de Jean-Claude Dusse, incapable de conclure ses 15 ou 16 occasions du match.

« Aller jouer en Suisse avec ce petit écart »

Et ce qui arrive trop souvent à Marseille s’est à nouveau produit avec la réduction du score d’Esposito, totalement contre le court du jeu (78e). « Oui il y a beaucoup de frustration. C’est une victoire, dans le contenu c’est positif, il faut s’appuyer sur ça. Mais c’est frustrant parce qu’on a maîtrisé le match, on n’a quasiment pas été mis en danger par l’adversaire », a également regretté Valentin Rongier. Le milieu aurait même pu coûter le match nul à son équipe, avec une remise de la tête à deux doigts de tromper son propre gardien. Mais Steve Mandanda a encore sauvé les siens d’une égalisation qui aurait fait très mal (85e).

L’essentiel est donc assuré pour l’OM qui a produit du beau jeu, comme en première mi-temps contre Monaco (0-1), mais le match retour s’annonce plus compliqué que ce qu’il aurait dû être, la semaine prochaine à Bâle. « On va devoir aller jouer en Suisse avec ce petit écart. Ils ont tiré une fois, nous en face on a 20 occasions, mais ça ne tourne pas pour nous. La chance n’est pas de notre côté, on doit continuer de travailler sur ça avant d’aller en suisse pour montrer qu’on est meilleur que cette équipe », estime Sampaoli. Une tâche d’autant plus compliquée sans Dimitri Payet, suspendu pour son carton jaune reçu en première mi-temps.