Guerre en Ukraine : Le Grand Prix de Russie, c’est fini, la F1 rompt définitivement son contrat avec le promoteur

F1 L’organisateur du championnat du monde de Formule 1 a décidé de rompre le contrat avec le promoteur du Grand Prix de Russie

20 Minutes avec AFP
— 
Le Grand Prix de Formule 1 de Sotchi, en 2021.
Le Grand Prix de Formule 1 de Sotchi, en 2021. — Sergei Grits/AP/SIPA

La F1 en Russie, c’est fini. Le promoteur du championnat du monde de Formule 1 a annoncé jeudi rompre définitivement son contrat avec le promoteur du Grand Prix de Russie, après l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe. « Formula 1 peut confirmer qu’elle a mis fin à son contrat avec le promoteur du Grand Prix de Russie, ce qui signifie que la Russie n’aura plus de course à l’avenir », a indiqué le promoteur de la F1, Formula One, à la presse.

Drapeaux neutres

La décision fait suite à l’annonce de la semaine dernière d’annuler le GP de Russie 2022 prévu fin septembre. Il devait être le dernier organisé à Sotchi avant de déménager dès 2023 à Saint-Pétersbourg. Lundi, le Comité international olympique (CIO) avait recommandé de bannir Russes et Bélarusses des compétitions sportives, rompant ainsi avec une longue tradition de non-intervention dans les débats politiques ou géopolitiques.

La Fédération internationale de l’automobile (FIA) a, de son côté, décidé d’autoriser les pilotes russes ou bélarusses à participer sous drapeau neutre aux compétitions qu’elle régule, comme la Formule 1.

Toutefois, « aucune compétition internationale n’aura lieu en Russie et au Bélarus, jusqu’à nouvel ordre » et « aucun drapeau/symbole ou hymne de la Russie/Bélarus ne sera utilisé dans les compétitions internationales jusqu’à nouvel ordre », avait-elle aussi indiqué plus tôt cette semaine. La fédération britannique est allée plus loin mercredi, interdisant aux pilotes russes ou bélarusses de concourir au Royaume-Uni, interdisant d’ores et déjà au pilote Nikita Mazepin de participer au Gran-Prix de Silverstone en juillet prochain.