Incidents PFC-Lyon : Vers une purge inédite dans les rangs des hooligans de l’OL ?

FOOTBALL L'état-major travaillerait d'arrache-pied pour éradiquer la frange la plus dure des éléments présents à Charléty lors des incidents vendredi en 32e de finale de la coupe de France

J.L.
— 
Le club de l'OL veut frapper fort et éradiquer les hooligans de ses tribunes.
Le club de l'OL veut frapper fort et éradiquer les hooligans de ses tribunes. — Bertrand GUAY / AFP

Cette fois, l’OL ne plaisante plus. Selon les informations de l’Equipe, le club rhodanien, qui préfère la jouer discret dans les médias contrairement à ses habitudes quand il est mis en cause, pousse la machine en interne pour identifier le maximum de supporteurs impliqués dans les rixes vendredi dernier lors du 32e de finale de Coupe de France au stade Charléty.

Plusieurs fauteurs de trouble déjà identifiés

Plusieurs interdictions de stade de 18 mois (le maximum légal en attendant que la justice se prononce) seraient déjà parties par courrier, et les services administratifs de l’OL devaient recevoir ce mardi les bandes vidéos de Charléty et ses alentours pour mettre la main sur les fameux supporteurs encagoulés qui ont mis le bazar à la mi-temps. Peut-être y retrouvera-t-on Franck*, dont le prénom a été changé dans un article glaçant du Parisien. Ce hooligan lyonnais y raconte son quotidien avec un naturel désarmant.

« Au début, on va au stade pour l’ambiance, puis on participe aux provocations, on rencontre des copains et des jeunes qui sont actifs dans les fights (les bagarres). C’est à la fois une addiction et un engrenage Je suis plutôt old school c’est-à-dire à mains nues. Mais c’est devenu classique de sortir un couteau. On doit s’adapter. L’adrénaline est là même si personne ne va dire qu’il est heureux quand il voit une lame devant lui. On ne nous laisse pas le choix de s’armer  car on sait qu’en face ils le seront jusqu’aux dents ».

« C’est devenu un classique de sortir le couteau »

Le jeune homme sous-entend clairement que les incidents « étaient courus d’avance dans un vieux stade comme Charléty » et que les autorités, forcément au courant, ont failli dans leur tâche. La Fédération française de football (FFF) a ouvert une instruction après les débordements et rendra ses décisions le 28 décembre, a-t-elle annoncé lundi.

La Commission de discipline de la FFF, lundi en urgence, a décidé de « lancer l’instruction », trois jours après les violences survenues dans les tribunes du stade Charléty, autour du parcage lyonnais. Elle auditionnera les parties lundi 27 décembre et rendra ses décisions le lendemain, a-t-elle précisé.