Formule 1 : La FIA n’a toujours pas reçu l’appel de Mercedes après le titre de Verstappen

FORMULE 1 L'écurie de Formule 1 Mercedes a tenté plusieurs recours après le titre de Max Verstappen, mais ne devrait finalement pas faire appel

Adrien Max
— 
Toto Wolff, le patron de Mercedes.
Toto Wolff, le patron de Mercedes. — ANDREJ ISAKOVIC / AFP / POOL
  • Max Verstappen, pilote Red Bull, a été titré champion du monde de Formule 1, dimanche, le premier titre de sa carrière.
  • La victoire s’est jouée dans le dernier tour du Grand Prix d’Abou Dhabi, lorsque Verstappen a doublé Hamilton, après plusieurs décisions contestées du directeur de course, Michael Masi.
  • Mercedes, l’écurie de Lewis Hamilton, a déposé plusieurs recours qui ont été finalement rejetés, et ne devrait pas faire appel contrairement aux premières annonces.

Un premier titre de champion du monde de Formule 1 pour  Max Verstappen qui s’est finalement autant joué chez les commissaires qu’en piste. Le Néerlandais a remporté dimanche le titre de champion du monde à l’issue d’un grand prix  d'Abou Dhabi aussi fou que cette saison de Formule 1. A quelques tours de l’arrivée, personne ne le voyait s’imposer sur le circuit de Yas Marina, mais c’était sans compter sur l’accident de Nicolas Latifi, au 53e tour, sur 58. Et les décisions de Michael Masi, le directeur de course.

Lewis Hamilton disposait d’une confortable avance de plus de 10 s sur Max Verstappen, lorsque le directeur de course a logiquement fait entrer la voiture de sécurité. Une aubaine pour Mad Max qui rentrait une troisième fois au stand. Cette fois pour chausser des pneus tendres, beaucoup plus efficaces que les durs, et surtout usés, de Lewis Hamilton.

Deux décisions confuses

Mais c’était sans compter les retardataires intercalés entre les deux leadeurs du championnat. Michael Masi, toujours lui, avait d’abord décidé de ne pas les autoriser à dépasser la safety car pour retrouver leur position derrière les leadeurs. Une « décision typique », moquera d’ailleurs Max Verstappen dans sa radio, sur laquelle est finalement revenu le directeur de course quelques minutes plus tard : les retardataires intercalés entre Hamilton et Verstappen ont dû dépasser la safety car et les laisser en duel.

Les retardataires derrière Lewis Hamilton et la voiture de sécurité.
Les retardataires derrière Lewis Hamilton et la voiture de sécurité. - Giuseppe CACACE / AFP

Problème, ce n’est pas le cas pour ceux positionnés derrière Verstappen. Et la voiture de sécurité n’a pas eu le temps de réaliser un tour complet après le passage des retardataires, comme le prévoit le règlement, face au risque de la laisser en piste jusqu’au drapeau à damier. Dès lors, la voie était tracée pour que Verstappen mange Hamilton dans le dernier tour, à la faveur de ses nouveaux pneus.

Une arrivée sous drapeau vert coûte que coûte

Et pendant que Lewis Hamilton, en grand champion qu’il est, venait féliciter Max Verstappen, son équipe se précipitait de déposer des recours avec l’aide de Paul Harris, célèbre avocat de Manchester City qui avait fait obtenir gain de cause au club face au fair-play financier. Des recours sur les deux points évoqués juste avant : n’avoir fait passer que cinq retardataires, et surtout ne pas avoir fait faire un tour complet à la voiture de sécurité après.

Max Verstappen, vainqueur d'une saison de F1 ébouriffante.
Max Verstappen, vainqueur d'une saison de F1 ébouriffante. - Andrej Isakovic / AFP

Si les commissaires ont reconnu que ce dernier point n’avait pas été correctement appliqué, ils ont surtout rappelé que la décision de Michael Masi de faire rentrer la voiture de sécurité au stand supplantait les autres. Et le directeur de course a expliqué que la motivation principale était de permettre une arrivée du Grand Prix sous régime de drapeau vert (reprise de la course normale) souhaitée par tous. Fin de non-recevoir, donc, 4 h après l’arrivée, pour Mercedes.

Appel, ou pas ?

Quelques minutes plus tard, l’écurie allemande faisait part de sa volonté de faire appel. Mais la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA), nous indique ce lundi matin « ne pas avoir encore reçu confirmation de l’appel de Mercedes ». « Les réclamations de dimanche ont été traitées et rejetées, mais nous n’avons toujours pas reçu de mail confirmant leur appel. Un tel appel pourrait prendre jusqu’à deux mois pour être traité, « mais vu les circonstances il pourrait y avoir une procédure d’urgence, on fera ce qu’on peut », détaille l'institution à 20 minutes

Peut-être faut-il laisser à Toto Wolff le temps de se remettre de sa nuit de folie. Le boss de Mercedes avait besoin de bien relâcher la pression de cette fin de saison, tout en fêtant le départ de Valtteri Bottas, selon plusieurs vidéos dans lesquelles il apparaît, au mieux, éméché. Ou tout simplement parce que Mercedes s’est finalement résigné à ne pas faire appel. Ce lundi, plusieurs médias britanniques évoquent cette possibilité. Et ce serait même Hamilton qui aurait demandé à son écurie de s’abstenir, le pilote ne souhaitant pas obtenir ce titre ailleurs que sur la piste.