Ligue des champions : Pourquoi la qualification en 8e de finale change tout pour le Losc

FOOTB ALL Image, finances, ambitions... La qualification du Losc en 8e de finale de Ligue des champions n’apporte que des choses positives

Francois Launay
— 
La joie des Lillois qualifiés pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions
La joie des Lillois qualifiés pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions — RONNY HARTMANN / AFP
  • Qualifié pour la deuxième fois de son histoire en 8e de finale de la Ligue des champions, Lille a marqué les esprits. 
  • Après un début de saison difficile, les Lillois peuvent espérer continuer sur leur lancée en championnat.

La France du foot se moquait de lui et de ses performances européennes souvent désastreuses. Mais depuis mercredi soir, le Losc a définitivement changé de dimension. Fini le cancre européen, en décrochant sa qualification pour les hutièmes de finale de la Ligue des champions, le club nordiste a fait taire ses détracteurs et enfin imposé le respect.

On l’avoue, il y a six semaines, quand Lille n’avait pris que deux points en trois matchs dans sa poule, on s’apprêtait à sortir la sulfateuse une énième fois. Mais trois victoires d’affilée à Séville, contre Salzbourg puis mercredi à Wolfsburg ont tout changé. Premier de son groupe de Ligue des champions, le Losc a tout renversé et fermé plein de bouches fielleuses.

Sur la lancée du titre en coupe d'Europe

« C’est quelque chose d’extraordinaire pour le club, pour la ville de Lille. Ce qu’on avait fait l’an dernier (le titre de champion) c’était déjà énorme mais là c’est sur la scène européenne. Le Losc est encore un peu plus haut. Aller en 8e c’est quelque chose de formidable », savoure Benjamin André, le milieu de terrain du Losc.

Contrairement à ce que beaucoup de monde pensait, le titre de champion de France décroché la saison dernière au nez et à la brabe du PSG n’était donc pas un accident. Avec un nouveau coach mais un onze type quasi identique à celui de l’an passé (seuls Soumaré et Maignan sont partis), Lille continue donc sur sa lancée. Sauf en Ligue 1 où les Nordistes donnent le sentiment de choisir leurs matchs.

Une confiance qui risque d’être boostée en Ligue 1

Fort contre les forts comme Marseille, Paris ou Monaco et faible contre les faibles. « On est capable de faire quelque chose de grand quand on est à 110 % », reconnaît André. « Il y a beaucoup d’émotions car tout n’a pas été facile dans ce début de saison mais c’est une juste récompense pour l’équipe », poursuit le joueur nordiste.

Nul doute que le Losc, qui n’a plus perdu depuis cinq matchs en championnat, va tenter de surfer sur sa réussite européenne en Ligue 1 pour remonter au classement où il occupe une piètre 11e place.

« Ces performances, ça doit donner de la confiance à des joueurs. Quand on est un joueur et qu’on a un sentiment d’estime de soi, si on arrive à se mobiliser et sans tomber dans de la suffisance, on va faire de grandes choses à savoir remonter dans des eaux plus conformes à ce qu’est le Losc », promet Jocelyn Gourvennec, le coach du Losc. Lyon, qui débarque dimanche à Pierre Mauroy, est prévenu.

Un mercato hivernal plus calme que prévu ?

Plus largement, la qualif en 8e peut aussi changer la donne économiquement cet hiver ; Obligé de faire des économies dans le contexte actuel, le club va récupérer 20 millions d’euros pour sa participation au top 16 européen. De quoi sans doute éviter une saignée au mercato hivernal.

Annoncés sur le départ, Renato Sanches (Milan AC, Arsenal) et Jonathan Ikoné (Fiorentina) vont peut-être y réfléchir à deux fois, histoire de prolonger une épopée européenne à laquelle personne ou presque ne croyait, hormis Gourvennec et son staff. Ils ont cru que c’était impossible alors ils l’ont fait. Depuis mercredi soir, le Losc fait partie des seize meilleures équipes européennes.