PSG-Bruges : « Après les tempêtes viendra le soleil »... Pochettino défend (encore) sa méthode

FOOTBALL Critiqué ces dernières semaines, le coach parisien est convaincu qu'il arrivera à ses fins avec son équipe 

N.C.
— 
Mauricio Pochettino en conférence de presse à la veille de PSG-Bruges, le 6 décembre 2021.
Mauricio Pochettino en conférence de presse à la veille de PSG-Bruges, le 6 décembre 2021. — FRANCK FIFE / AFP

« C’est une bonne situation, ça, entraîneur du PSG ? » La question n’était pas tout à fait celle-là, mais elle y ressemblait très fort. Et elle a lancé Mauricio Pochettino sur les traces de l’immense Edouard Baer dans Asterix, avec un improbable monologue de 7-8 minutes, ce lundi après-midi, lors de la conférence de presse avant le match de Ligue des champions contre Bruges. Chahuté ces dernières semaines, entre prestations insipides de son équipe et volonté rapportée par certains médias de s’exfiltrer vers Manchester United, le coach du PSG avait apparemment des choses à dire. On a dû réécouter deux fois pour bien tout comprendre, mais voilà ce que ça a donné in extenso. Magnéto, Serge :

« Je me sens bien, tranquille. Je sens le soutien de mes joueurs et du club, qui sait ce qu’on est en train de mettre en place. On est embarqués dans un processus, avec deux aspects différents. L’un est visible, sur le terrain, il concerne notre style de jeu, la relation entre les joueurs. L’autre se joue en interne, dans la communication, l’entente, les liens entre les joueurs dans le vestiaire. C’est important pour avoir de l’entente sur le terrain. Tout ça prend du temps. Ces deux aspects doivent progresser, en faisant attention à garder un bon équilibre. On cherche une dynamique, que le groupe se soude, que les joueurs ne fassent qu’un, avec les mêmes objectifs, que chacun ait le sentiment d’appartenir à ce groupe pour le bénéfice de tous.

Nous sommes dans ce processus, avec des hauts et des bas, et donc des hauts et des bas aussi sur le terrain. Nous avons besoin de développer encore nos idées, de gagner en flexibilité pour répondre aux différentes oppositions que l’on peut rencontrer. C’est ce qu’on est en train de mettre en place.

Je suis conscient que le PSG est un club qui brille très fort, avec beaucoup de bruit autour. Mais on est qualifiés en Ligue des champions, on a 11 points d’avance en championnat… Il y a toujours des choses qui peuvent être meilleures, sur lesquelles on doit s’améliorer, mais tout ce bruit dehors, c’est ce qui vous attend quand vous êtes dans un club comme celui-ci. Le staff et les joueurs, on sait où l’on veut aller. On a les idées claires. On respecte ce qui se dit dehors, mais on poursuit notre chemin.

Ce processus ne va pas changer à cause de toute la lumière qu’il y a sur ce club. Il y a des temps de passage à respecter, et ils sont corrects. On est premiers du championnat, deuxièmes en C1 derrière une équipe très forte, qui se construit depuis de longues années. Nous sommes sur le bon chemin, il n’y a aucun doute là-dessus.

Il a y des tempêtes, mais nous sortons notre parapluie et nous savons qu’après, viendra le soleil. Et quand le soleil sera là, on pourra profiter du travail accompli, et faire profiter nos supporters. Car bien sûr, on veut bien jouer au football, marquer des buts. C’est notre objectif, mais avant ça il y a beaucoup de travail. On va continuer en ce sens, malgré ce qu’on peut dire à l’extérieur. »

Voilà pour la mise au point, dans la lignée de ses dernières sorties devant la presse. L’Argentin ne cesse de mettre en avant ce travail de l’ombre depuis qu’il est arrivé sur le banc du PSG, il y a bientôt un an. Le feu d’artifice attendu par tout le monde au vu de l’effectif se trouverait en fait au bout du chemin, là-bas, pas si loin. Peut-être. En tout cas, pour l’instant, on cherche toujours ne serait-ce que le début des préparatifs.