FC Nantes - RC Strasbourg : Pourquoi le rouge d'Ajorque a fait du mal... aux Nantais

LIGUE 1 Pourtant en supériorité numérique après l’expulsion d’Ajorque dès le début de la 2e mi-temps, le FC Nantes s’est montré trop timoré, hésitant, pour espérer prendre les trois points face à un concurrent direct au classement

Pierre-Alexandre Aubry
— 
Coulibaly et le FC Nantes n'ont pas su enfoncer le clou face à Strasbourg.
Coulibaly et le FC Nantes n'ont pas su enfoncer le clou face à Strasbourg. — J-F Monnier
  • Face à Strasbourg, le FC Nantes a mené deux fois au score, avant de se faire rejoindre, alors qu’il jouait en supériorité numérique.
  • Antoine Kombouaré était en colère contre ses joueurs après la rencontre, estimant que l’équipe a laissé filer deux points.

Tout allait pourtant si bien. Le retour des vestiaires se présentait sous les meilleurs auspices pour les Nantais. En reprenant l’avantage au score dès la 48e minute (2-1) grâce à une superbe tête de Randal Kolo Muani, le FC Nantes prenait l’avantage contre le RC Strasbourg, dans un match très agréable à suivre. Deux minutes plus tard, c’est au tour de l’arbitre, Clément Turpin, de faire pencher la balance en faveur des Canaris. En voulant frapper, Ludovic Ajorque tacle involontairement Fabio, qui revenait sur le ballon. L’attaquant strasbourgeois est expulsé, et le FC Nantes disputera toute la 2e mi-temps à 11 contre 10.

Une supériorité numérique qui ne se voit pourtant pas sur le terrain. Après ce carton rouge, Antoine Kombouaré décide de changer de système de jeu, avec un milieu de terrain supplémentaire. Mais les Jaune et Vert se montrent trop approximatifs dans leurs attaques. Trop timides, timorés, les joueurs d’Antoine Kombouaré vont jusqu’à laisser les Strasbourgeois faire le jeu. « On fait une entame de 2e mi-temps fantastique. On marque et on se retrouve à 11 contre 10. Et là, on s’est arrêté de jouer. On ne défend pas bien, à l’image du but qu’on encaisse, c’est catastrophique », peste le coach nantais.

« Beaucoup d’amertume, même de la colère »

Car sur l’égalisation de Thomasson (ancien nantais), le joueur strasbourgeois profite d’une absence de marquage pour catapulter le ballon de la tête dans le but de Lafont. « Il y a un manque de concentration sur ce deuxième but », reconnaît Jean-Charles Castelletto. « On avait fait le plus dur. On se dit qu’on est chez nous, qu’on mène au score. Mais on reculait toujours un peu plus », ajoute le défenseur nantais, qui parle de « deux points de perdus » ce dimanche.

Une impression de gâchis confirmé par Antoine Kombouaré, en colère après ses joueurs. « Je ressens beaucoup d’amertume, même de la colère. On a perdu deux points. » Enfoncer le clou ou assurer le score à 2-1 ? Tel était le dilemme pour le FC Nantes, qui s’est finalement endormi après avoir mené au score. « Dans cette situation, vous êtes le cul entre deux chaises », analyse l’entraîneur du FCN. « Il fallait aller marquer ce 3e but. On n’est pas juste dans le dernier geste. C’est un match que tu dois gagner. Si tu as faim de victoire, si tu veux te rattraper de la défaite du week-end dernier, tu enfonces le clou, tu enfonces ton adversaire ». En attendant, le FC Nantes reste dans la première moitié de tableau avant la trêve internationale.