Girondins de Bordeaux-FC Nantes : La rivalité entre les supporters ne serait-elle pas déjà morte ?

FOOTBALL Bordeaux reçoit Nantes dimanche pour le « derby de l’Atlantique ». Mais qu’en est-il réellement de cette rivalité entre les deux clubs de Ligue 1 aujourd’hui ? Réponse avec les supporters des deux camps

Pierre-Alexandre Aubry et Clément Carpentier
— 
La rivalité entre les supporters des deux clubs semble s'être affaiblie au fil des décennies.
La rivalité entre les supporters des deux clubs semble s'être affaiblie au fil des décennies. — Sébastien Salom-Gomis/Daniel Vaquero et
  • Les Girondins de Bordeaux recoivent le FC Nantes, ce dimanche, à 15 h, pour la 10e journée de Ligue 1. 
  • Un duel qui aurait perdu de son attrait au fil du temps, notamment pour les supporters les plus jeunes. 

La confrontation entre les Girondins de Bordeaux et le FC Nantes au Matmut Atlantique ce dimanche, pour le compte de la 10e journée de Ligue 1, verra s’affronter deux équipes qui sortent la tête de l’eau, après une saison 2020-2021 plus que compliquée. Cette rencontre est aussi celle de deux clubs qui ont marqué l’histoire du championnat de France, et dont la rivalité a longtemps été forte. Ce duel est bien souvent défini comme le « Derby de l’Atlantique ». Une expression qui fait grincer des dents plus d’un supporter nantais ou bordelais. D’autant que la rivalité entre les deux clubs semble avoir pris du plomb dans l’aile.

« C’est surtout les années 80, quand les deux clubs jouaient le titre tous les ans et que Bordeaux a commencé à piller Nantes. Depuis, c’est un peu anecdotique », explique Arnaud, supporter du FCN. Si la rivalité entre les deux clubs n’est pas forcément géographique, elle reposait, dans les années 80, sur la concurrence entre ces deux équipes au classement.

« Une question de génération »

A l’époque, les deux formations se tiraient même la bourre sur les joueurs. Exemple avec Thierry Tussau, Nantais parti en 1983 direction Bordeaux, alors que le FCN venait de remporter le championnat. Un départ qui était resté en travers de la gorge du grand Coco Suaudeau, coach légendaire des Canaris. Mais aussi dans l’esprit de certains fans nantais, qui n’oublient pas non plus le départ de José Touré chez les Girondins en 1986.

Selon Malik, suiveur du FC nantes, cette ferveur autour de cette rencontre est avant tout une « question de génération » de supporter. « Pour moi, né en 1980, Nantes-Bordeaux vaut plus qu’un Nantes-Rennes. Ce sont deux villes qui se ressemblent par leur histoire, deux clubs prestigieux qui se sont tiré la bourre avec des modèles différents. » Enzo, supporter bordelais, confirme l’effritement de cette rivalité entre les deux clubs : « J’ai l’impression que la rivalité est plus présente chez les supporters qui ont au moins la quarantaine. Pour certains anciens surtout, la rivalité est là, nous les jeunes on a toujours connu un FC Nantes assez moyen… »

Un transfert de rivalité ?

La rivalité avec Marseille parle plus à cette jeune génération de supporters des Girondins : « Nantes, c’est un match comme un autre. Je ne le classe pas dans la même catégorie que Marseille par exemple, que je considère comme LE match historique », explique Thibaud.

Pour d’autres, l’histoire a changé, et le présent des deux clubs ne justifierait plus cette lutte. « Nantes avait une rivalité avec Bordeaux et Sainté à l’époque de gloire des trois clubs. Maintenant c’est passé, car les trois sont sur le déclin », ajoute Yohann, autre supporter nantais.

Il n’empêche que le match de dimanche aura une saveur toute particulière pour les Girondins, dont le club fête ses 140 ans. Côté nantais, une victoire pourrait permettre aux Canaris de s’installer dans la première moitié du tableau. Les Bordelais, eux, doivent l’emporter s’ils veulent éviter de rester englués dans le bas de classement.