OM : Mattéo Guendouzi, une réussite marseillaise pour ce titi parisien propulsé en Equipe de France

FOOTBALL Le milieu de terrain de l’Olympique de Marseille, Mattéo Guendouzi a été sélectionné en équipe de France pour la Ligue des Nations récompensant son bon début de saison avec son nouveau club

Adrien Max
— 
Mattéo Guendouzi conquiert son monde à Marseille.
Mattéo Guendouzi conquiert son monde à Marseille. — Daniel Cole/AP/SIPA
  • Le milieu de terrain de l'Olympique de Marseille, Mattéo Guendouzi, a été selectionné en Equipe de France pour le final four de la Ligue des Nations en octobre. 
  • Après des moments de galère dans sa jeune carrière, Mattéo Guendouzi revit du côté de Marseille en ce début de saison. 

Après le bleu et le blanc, la tunique tricolore. Le milieu de terrain de l'Olympique de Marseille, Mattéo Guendouzi a été sélectionné par Didier Deschamps pour participer au Final Four de la Ligue des Nations, qui se disputera en octobre. Rappelé lors de la dernière trêve internationale après deux forfaits, Mattéo Guendouzi est cette fois directement sélectionné par Deschamps.

« Mattéo a connu des périodes un peu moins heureuses. Là il est plus épanoui, avec un temps de jeu plus important, il a confiance en lui. Je l’avais rappelé en cours de stage, c’était positif, derrière il a confirmé, au-delà du volume de jeu, cette agressivité, et cette qualité technique importante. Il va apporter de la fraîcheur de vie, de la qualité », a détaillé le sélectionneur, sans pour autant vouloir uniquement rattacher les bonnes performances du milieu de terrain à son entraîneur, Jorge Sampaoli.

« La recrue la plus en vue de l’OM »

C’est pourtant sous les ordres de l’Argentin que Mattéo Guendouzi réalise un très bon début de saison, très souvent titularisé au cœur du jeu, malgré les rotations régulières du staff. Il a même conquis son nouveau terrain de jeu, le stade Vélodrome, en marquant son premier but contre Saint-Etienne, le 28 août dernier. « Pour moi c’est la recrue la plus en vue et la plus vite opérationnelle de ce mercato à l’OM, estime Elie Baup. Surtout qu’il a une des positions les plus compliquées, avec un besoin d’adaptation constante par rapport aux positions que lui demande son entraîneur. »

Une adaptation permise par les qualités qu’il démontre depuis son passage en pro, à Lorient, en 2016. « Je l’ai toujours vu comme ça, avec cette qualité de passe, sa vision, son intelligence de jeu dans l’espace et le temps. Il a souvent les réponses adaptées à ce qu’il se passe en termes de transition, de phase de possession. Et ça correspond au foot prôné aujourd’hui par Sampaoli : le contre pressing, la bonne occupation des espaces. Techniquement il n’est pas trop embarrassé », liste l’ancien coach olympien.

Caractère bouillonnant

Gaël Danic, qui l’a côtoyé lorsque les deux joueurs étaient Merlus, n’est pas étonné de son bon début de saison. « Il a les qualités pour réussir à Marseille. C’est plus sur le mental que la différence aurait pu se faire, mais il l’a pour s’imposer dans l’ambiance marseillaise », estime-t-il. L’ancien attaquant passé notamment par Rennes, Lyon, Bastia et donc Lorient, se dit carrément « fan » de Mattéo Guendouzi.

« J’adore de dingue ce joueur. Il a une intelligence tactique incroyable, une réelle qualité technique, une vision de jeu et une qualité de passe incroyable à son âge, et croyez-moi ce n’est pas donné à tout le monde », confie Gaël Danic.

Sans pour autant occulter son caractère bouillonnant, parfois à la limite. Quand ça ne va pas, Mattéo Guendouzi n’hésite pas à le faire savoir. Même du haut de ses 18 ans, à Lorient. « Parfois il ne mettait pas la manière pour faire passer des messages, et certains entraîneurs ont pu estimer que ce n’était pas à lui de le faire », ajoute l’ancien attaquant. Et son côté mauvais perdant a pu en dérouter certains.

« C’était le premier à faire la tête quand il perdait, le premier à bougonner. On peut lui reprocher ce comportement, mais tout le monde préfère avoir un mec comme ça dans son équipe. Même s’il était peut-être dans l’excès, dans la fougue, c’était toujours pour s’améliorer lui ou le collectif ».

Sauf que cette fougue lui a coûté sa place à Arsenal, qu’il a rejoint en 2018 en provenance de Lorient, après les échauffourées du match entre Arsenal et Brighton à la fin de la saison 2019/2020. Après avoir tenté d’étrangler son adversaire Neal Maupay, Mattéo Guendouzi s’était ouvertement moqué des salaires des joueurs de Brighton. Un épisode pour lequel il refusera de faire son mea culpa. Et qui signe le début de la fin de son aventure londonienne avec un premier prêt à Berlin la saison précédente, puis un second, avec option d’achat, cette saison à l’Olympique de Marseille.

Champion de France… face au PSG

Mais Mattéo Guendouzi sait ce qu’il veut, et surtout où il veut aller : « au plus haut niveau », comme se remémore Régis Le Bris, son formateur au FC Lorient. « Il arrivait de la préformation du PSG. Mais il avait perçu qu’il n’était pas dans les numéros un de sa catégorie, et que ça pouvait influencer son développement. Il cherchait un club, nous n’avions pas beaucoup de jeunes de la promotion 99, donc on a tenté le pari. »

Son intégration se passe à merveille dans son nouveau club, mais déjà l’énergie de Mattéo Guendouzi a besoin d’être canalisée. « Il voulait jouer au plus haut niveau mais avait tendance à se disperser. Et faisait des trucs rédhibitoires rien que pour jouer en Ligue 1. Comme dans un match où il touche 100 ballons, mais en perd 45 », détaille le formateur.

Mais sa soif d’apprendre et sa rage de vaincre finissent par triompher, comme lors de cette finale du championnat de France U17 contre… le PSG. « On n’était pas du tout programmé pour jouer le titre et quand j’ai regardé l’autre demi-finale entre Bordeaux et le PSG, je me suis dit qu’il y avait un monde d’écart. Sauf que Mattéo était sûr qu’on allait les battre. Il a fait passer cette croyance à tout le monde, et on les a battus. Il avait porté ce versant positif en inculquant cette croyance, sans pour autant surjouer. Il n’était pas dans l’esprit d’être le dépositaire de l’exploit, et c’est rare chez les jeunes », confie Regis Le Bris.

« Un beau mariage »

Un tempérament qui ne l’a pas quitté à Marseille, comme lorsqu’il n’hésite pas à haranguer son coéquipier Gerson après un but Lensois, lors de la première défaite de la saison de l’OM (3-2). « Il paraît entier, comme lorsqu’il va parler directement à son coéquipier. Ça veut dire qu’il est franc, qu’il s’exprime, qu’il ne pense pas à lui et ne calcule pas en étant dans la retenue, dans les sous-entendus. Et c’est ce qui plaît à Marseille », estime Elie Baup.

Régis Le Bris est d’ailleurs venu le voir à Marseille il y a quelques semaines. « Connaissant le côté explosif de ce club mythique, c’est un beau mariage. Il faut le vivre. Mattéo a pris de la maturité après son expérience à Arsenal, puis à Berlin, c’est un sportif de haut niveau, donc je ne suis pas surpris de sa réussite », confie-t-il. Une réussite marseillaise qui propulse ce titi parisien en Equipe de France, son objectif de toujours.