Haute Savoie : Le base jump de retour à Chamonix après 5 ans de suspension

MONTAGNE Les base jumpers doivent notamment rester éloignés de la zone urbaine et vérifier l'absence de tout trafic aérien sur leur trajectoire

20 Minutes avec agence
— 
Caters - Sipa

Chamonix (Haute-Savoie) a pris ce jeudi un arrêté autorisant le base jump sur son territoire. L’activité sportive est cependant assortie de nouvelles obligations. Elles s’ajoutent à celles déjà en vigueur dans le massif du Mont-Blanc et à la réglementation aérienne. La mairie avait interdit la pratique du base jump en octobre 2016, cinq pratiquants ayant trouvé la mort cette année-là.

Un sportif en wingsuit était notamment décédé en percutant un immeuble de la ville après un saut depuis l’Aiguille du Midi. L’équipe municipale attendait des « propositions sérieuses et concrètes au niveau de la sécurité », rapporte France 3 Auvergne Rhône-Alpes. Des années de collaboration entre la mairie et les associations ont finalement permis la reprise du base jump.

Le parachute doit être déployé à proximité de la ville

Les travaux ont conduit à une interdiction de se trouver à moins de 600 mètres de la zone urbaine sans parachute ouvert. Une limite d’altitude a également été fixée. La pratique du sport n’est pas non plus autorisée à proximité des remontées mécaniques. L’envol est en revanche possible depuis l’ensemble du site, sous réserve de se poser au sol en zone montagneuse.

Les atterrissages dans le fond de la vallée ne sont autorisés que sur deux aires spécifiques. Les base jumpers doivent également contrôler visuellement l’absence de tout trafic aérien le long de leur trajectoire et de prévenir la gendarmerie et Chamonix Mont-Blanc Hélicoptères avant leur saut.