Angers-OM : « Steve est un monument », la difficile mise en concurrence de l’emblématique Mandanda

TURNOVER L’emblématique gardien de l’Olympique de Marseille, Steve Mandanda, a perdu sa place de titulaire depuis trois matchs au profit de Pau Lopez

Adrien Max
— 
Steve Mandanda, l'emblématique gardien de l'OM, a un genou à terre, mais pas encore le deuxième.
Steve Mandanda, l'emblématique gardien de l'OM, a un genou à terre, mais pas encore le deuxième. — Pascal GUYOT / AFP
  • L’emblématique gardien de l’OM, Steve Mandanda, est remplaçant depuis trois matchs au profit du nouvel arrivant Pau Lopez.
  • Pour l’ancien gardien de l’OM, Pascal Olmeta, la concurrence n’a pas lieu d’être à ce poste, et il estime surtout que Mandanda est meilleur que Pau Lopez.
  • Pour Jorge Sampaoli, « le temps va faire les choses et le meilleur gardien sera numéro 1 ».

Un tour de stade et une victoire célébrée en communion entre le Vélodrome et les joueurs de l’OM. Sauf un, Steve Mandanda. L’emblématique gardien, et capitaine, de l'Olympique de Marseille est remplaçant depuis trois matchs : Rennes, le Lokomotiv et Monaco. Il semble mal vivre ce déclassement, comme en atteste son comportement après la victoire contre Rennes (2-0), mais aussi avant : il n’a effectué que la moitié de l’échauffement, avant de rentrer aux vestiaires.

« On peut dire ce que l’on veut sur Steve, sur les années qui passent, que c’est du passé. Mais non, Steve est un monument, une pièce maîtresse du groupe. Et quand je vois que tout le monde fête la victoire mais qu’il n’est pas là, ça me pose un problème. Et ça peut en poser dans le groupe. Tout le monde l’adore », s’interroge Pascal Olmeta, le gardien de l’OM lors du titre de champion d’Europe en 1993.

« Mandanda va lutter pour une place de titulaire »

Pour Jorge Sampaoli, cette situation bien que « peu habituelle », n’est pas figée. « En tant que coach, on doit prendre des décisions. Cette décision a permis à Pau Lopez de se faire connaître. Je n’ai aucun doute sur le fait que Mandanda va lutter pour une place de titulaire, il a une expérience, un très grand rôle dans ce club », a désamorcé le coach argentin.

Sauf que Jorge Sampaoli a presque toujours procédé de la sorte dans ses nouveaux clubs, n’hésitant pas à remplacer le gardien titulaire sans prendre de pincettes. Mais Mandanda était prévenu de cette mise en concurrence face aux années qui passent, et aux quelques doutes sur son niveau la saison dernière. « L’arrivée de Pau, c’est quelque chose de normal. Il fallait prendre un gardien. C’est logique qu’un gardien arrive cette saison. Il faut mériter de jouer, de porter ce maillot. Si on est performant, on joue. Sinon, on ne joue pas », résumait le coach argentin en début de saison.

Selon nos informations, c’est surtout la façon de faire qui a heurté Steve Mandanda, plus que la décision en elle-même bien qu’elle ne soit pas facile à vivre. Et Pascal Olmeta n’a pas vu Pau Lopez prendre l’avantage sur les trois derniers matchs : « Pour moi il n’y a pas photo. Steve est un ancien, il n’est pas blessé et n’est pas mauvais. Qu’on vienne m’expliquer qu’il est moins bon que Pau Lopez. Cette concurrence n’est pas la bienvenue, elle ne l’est jamais puisqu’il ne doit pas exister de concurrence au poste de gardien. »

« Former un jeune gardien français aux côtés de Mandanda »

Il prend en exemple sa fin de carrière à l’OM, et l’émergence du jeune Fabien Barthez à l’époque. « Quand il est arrivé, on a vu que c’était un phénomène. Et plus tard il est devenu le numéro un. Il faut l’accepter, mais ne pas jouer sur la concurrence », se remémore-t-il. Il a d’ailleurs récemment échangé à ce sujet avec Fabien Barthez : « Ce qu’il fallait faire, c’est prendre un jeune et prometteur gardien français et le former aux côtés de Steve. Il y a l’intelligence et le savoir-faire en France, nous avons de très bon jeune en équipe de France Espoirs. Il faut les préparer à prendre le relais de nos anciens en les faisant travailler comme nous à l’époque, et sans qu’on ne crie jamais au scandale. »

Reste désormais à savoir si Sampaoli compte définitivement installer Pau Lopez dans les cages marseillaises, ou procéder à une rotation comme il le fait pour le reste de son effectif. L’enchaînement des matchs jusqu’à la prochaine trêve internationale, début octobre, devrait apporter un début de réponse, à commencer par celui contre Angers ce mercredi. Pour l’entraîneur, le temps fera les choses. « Je suis sûr que le meilleur sera finalement le numéro 1 », a-t-il prévenu.