Ukraine-France : « C’est fini l’euphorie de la Coupe du monde 2018 »… Hugo Lloris hausse le ton sur les maux bleus

FOOTBALL Le capitaine de l’équipe de France est sorti de son habituelle réserve après la nouvelle triste prestation des Bleus en Ukraine (1-1), lors des éliminatoires du Mondial 2022

Nicolas Stival
— 
Hugo Lloris et Didier Deschamps après le match nul de l'équipe de France face à l'Ukraine, ce samedi au Stade olympique de Kiev.
Hugo Lloris et Didier Deschamps après le match nul de l'équipe de France face à l'Ukraine, ce samedi au Stade olympique de Kiev. — Franck Fife / AFP
  • En Ukraine, l’équipe de France a une nouvelle fois déçu ce samedi (1-1). Elle recevra la Finlande mardi à Décines, lors d’un match décisif pour la qualification au Mondial 2022.
  • Après le match à Kiev, Hugo Lloris a employé des mots bien plus forts qu’à l’accoutumée.

En général, une conférence de presse qui réunit Didier Deschamps et Hugo Lloris fournit assez d’eau tiède pour alimenter une dizaine de centres aqualudiques. Ce samedi à Kiev, après un nouveau nul en Ukraine (1-1), le sélectionneur des Bleus a encore employé des mots qui traduisaient mal l’énervement que son visage pouvait laisser paraître. Alors que son capitaine a fendu l’armure.

Au micro de M6, après ce cinquième match d’affilée sans victoire (dont une élimination dès les 8es de finale de l’Euro), Deschamps a voulu retenir « la réaction » de son équipe après une première période insipide. Il a répété sa « confiance en [ses] joueurs » et évoqué un « enchaînement de matchs difficile » même si « ce n’est pas une excuse ». Ou encore des titulaires « qui n’avaient encore joué ensemble ». Sans oublier un adversaire « très groupé, très dense », qui a l’outrecuidance de ne pas offrir des espaces pour prendre une raclée.

« Une vague de réussite un peu cassée »

Changement de ton quelques minutes plus tard avec Lloris, sur la chaîne L’Equipe. « C’est fini l’euphorie de l’après-Coupe du monde 2018, où à tout moment on sentait qu’on pouvait faire basculer les résultats en notre faveur, a lâché le portier de Tottenham, décisif à Kiev face à Yarmolenko (35e) mais impuissant sur le bijou de Shaparenko (44e). On était sur une vague de réussite et elle s’est un peu cassée. »

« Il y a les exigences du haut niveau et on se doit d’y répondre » a aussi glissé « captain » Hugo, regrettant « le manque d’engagement et d’agressivité » en première période. Interrogé sur les raisons du creux des Bleus, ce proche d’Olivier Giroud, laissé de côté après l’Euro, a évoqué « un peu le manque de confiance et pas mal d’évolution en termes de joueurs ». « C’est à chacun d’augmenter son niveau de jeu. » Comprenne qui voudra.

« Je n’ai pas envie qu’on se fasse peur »

« Il faut rester positif mais être conscient des manques » a aussi lâché le gardien des champions du monde en Russie, en espérant une réaction dès mardi contre la Finlande au Parc OL. « Je n’ai pas envie qu’on se fasse peur », a encore tonné le Niçois. En cas de défaite face à la bande à Pukki, ça pourrait être le cas, malgré la faiblesse de ce groupe D de qualifications, qui aurait dû transformer le chemin des Bleus vers la Coupe du monde au Qatar en autoroute.