Real Madrid : « Ça peut être tabou », Florentino Pérez intouchable malgré les enregistrements où il dézingue tout le monde ?

FOOTBALL Dans des enregistrements dévoilés la semaine passée, Florentino Pérez se paie de nombreuses légendes du club madrilène

Antoine Huot de Saint Albin
— 
Florentino Pérez, le président du Real Madrid.
Florentino Pérez, le président du Real Madrid. — Rodrigo Jimenez/EFE/SIPA
  • L’Espagne a découvert, la semaine dernière grâce à des audios divulgués par le journal en ligne El Confidencial, des propos tenus par Florentino Pérez, dézinguant à tout va bon nombre de gros noms passés par la Maison-Blanche.
  • « Les phrases reproduites sont prononcées dans des conversations enregistrées clandestinement par José Antonio Abellan, qui tente de les vendre depuis de nombreuses années sans succès », a réagi le président du Real.
  • Dans la presse madrilène, il n’y a pas eu grand écho de ces révélations.

On ne le dira jamais assez : lisez des livres. Et, surtout, retenez bien ce qui est écrit, ça peut servir. Neuf ans après la publication d’Asalto al Real Madrid, du journaliste José Antonio Abellán, l’Espagne a découvert, la semaine dernière grâce à des audios divulgués par le journal en ligne El Confidencial, des propos tenus par Florentino Pérez, le président du Real Madrid, qui étaient déjà mentionnés dans le bouquin et dont la majorité remonte à 2006. Rien de révolutionnaire, donc, pour qui l’aurait lu. Mais entendre la voix douce de « FloPé » dézinguer à tout va bon nombre de gros noms passés par la Maison-Blanche, reste un plaisir absolu.

Morceaux choisis : Cristiano Ronaldo ? « Un malade. Vous croyez que ce type est normal, mais il ne l’est pas. » Raul ? « Cet homme est mauvais, il détruit l’équipe petit à petit. Il pense que le Real Madrid lui appartient. » Casillas ? « Il me fait rire, j’ai un peu de sympathie pour lui. En taille, il est tout petit et mentalement c’est un enfant. » Guti, Michel, Mourinho​, Del Bosque, Butragueño en prennent aussi pour leur grade. On a cherché partout, rien sur Julien Faubert, par contre.

Vous avez entendu des enregistrements, vous ?

La réaction de Pérez n’a pas tardé. Après la publication des enregistrements, un communiqué du président sur le site du club a été publié : « Les phrases reproduites sont prononcées dans des conversations enregistrées clandestinement par José Antonio Abellan, qui tente de les vendre depuis de nombreuses années sans succès. Je pense que si ces enregistrements ressortent maintenant, après tant d’années, c’est dû au fait que je sois l’un des promoteurs de la Super Ligue. » Et on mettrait notre main à couper (la gauche, hein, pas de blague) que le président du Real s’est emparé des codes Twitter du Real pour se venger, et dire tout le mal qu’il pensait d’Abellan, qu’il accuse d’extorsion.

Alors, quelles répercussions ces audios pourraient avoir pour le président du Real Madrid ? Armé de notre meilleur niveau d’espagnol LV2, de nos contacts de l’autre côté des Pyrénées, on pensait que les langues allaient se délier pour parler de Pérez. Et bien, non, que nenni. Comme devant une discothèque à 17 ans, on a été refoulé. « Je ne préfère pas évoquer ce sujet parce que je ne suis pas d’accord du tout avec les méthodes employées et la publication [de ces enregistrements] », nous a répondu le rédacteur en chef d’un grand média espagnol. Même refrain chez un autre confrère pendant que la majorité des personnes contactées ne répond pas aux SMS, mails, appels ou pigeons voyageurs.

Pressions sur la presse

Dans la presse madrilène, il n’y a pas eu grand écho de ces révélations, non plus. Même El Chiringuito, le programme télé star absolue des tertulias (débats sur un plateau), n’en a pas dit un mot. Le motif ? « On ne parle pas de choses privées. » Quand ça les arrange, évidemment. Car, comme le souligne David Valdearenas, journaliste pro-Barça sur ses réseaux sociaux : « Quand il faut divulguer les détails du contrat de Messi, ils sont les premiers à le faire. »

Alors, pourquoi ce silence ? « Tu ne peux pas parler mal de celui pour qui tu travailles. Pedrerol [animateur du Chiringuito], si tu parles mal de Florentino, tu seras à la rue », affirme Valdearenas. Une idée à creuser. Car, dans les audios diffusés par El Confidencial, on découvre le poids que le cacique Pérez a dans le paysage médiatique espagnol : pressions pour mettre son favori à la tête de Marca, demandes pour isoler des journalistes de Prisma Media (As) ou mettre fin à une émission sur la télévision publique, Pérez veut tout commander. Du coup, on en vient à se demander si les journalistes n’ont pas un peu les roupettes quand il faut évoquer le cas Pérez.

Sans conséquences ?

« Pour moi, ce n’est pas un sujet tabou, nous répond finalement le journaliste de Radio Marca Pablo Parras. Pour d’autres, ça peut l’être. C’est une situation difficile car ce sont des propos en off. Mais tout le monde qui connaît Florentino sait qu’il s’exprime comme ça. C’est presque humain de critiquer, dans certaines situations, des personnes pour qui tu as de l’affection. »

« Au final, même si Florentino ne s’explique pas, il n’y aura pas trop de conséquences, a indiqué Jorge Valdano, l’ancien joueur et directeur sportif du Real Madrid dans l’émission radio El Transistor. D’ici dix jours, tout ce qui s’est passé sera effacé avec l’actualité. »

Si Mbappé arrive…

Même son de cloche chez Pablo Parras :

On n’est pas du tout dans une situation de crise. La crise, ça serait si le Real ne gagnait rien à la fin de la saison, s’il était dans la même situation économique que le Barça. Cette affaire a fait plus de bruit chez les anti-madridistas que les madridistas. La réaction des supporteurs du Real a été de soutenir Pérez. Il n’y a aucun souci pour lui. »

« Ça serait très risqué économiquement qu’il parte maintenant, confirme Pablo, supporteur du Real depuis sa plus tendre enfance. Qu’il finisse le stade en premier [les travaux du Santiago Bernabeu doivent finir dans moins d’un an] et ensuite on verra. La vie continue et s’il ramène Mbappé, tout lui sera pardonné. » Kylian, tu sais ce qu’il te reste à faire si tu veux plonger le Real dans la crise.