Super Ligue : Florentino Perez concède que le projet est « en stand-by »

FOOTBALL Le président du Real Madrid reproche à l’UEFA ses attaques contre les 12 clubs à l’origine du projet, alors qu’ils essayaient « simplement de sauver le football »

20 Minutes avec AFP
— 
Le président du Real Madrid, Florentino Perez en 2018 (illustration).
Le président du Real Madrid, Florentino Perez en 2018 (illustration). — AFP

L’Europe du football attendait sa parole. Certains espéraient même entendre Florentino Perez faire son Mea culpa et acter la fin de la très courte aventure Super Ligue. Mais il n’en est rien. Si dans la nuit de mercredi à jeudi le président du Real Madrid et de la Super Ligue s’est bien exprimé dans un entretien à la radio espagnole Cadena Ser, ce n’était pas pour complètement déposer les armes. Le projet n’est en effet selon lui qu’en « stand-by ».

Pour Florentino Perez, « La société [de la Super Ligue] existe toujours » car « la Juventus et l’AC Milan ne sont pas partis… nous sommes tous ensemble, on réfléchit, on travaille ». Interrogé également sur l’adhésion au projet du FC Barcelone, il a indiqué avoir discuté avec le président du Barça Joan Laporta ce mercredi : « Bien sûr qu’il est toujours dans le projet ».

Un problème de communication selon Perez

La seule concession que fait Florentino Perez n’est pas sur le projet en lui-même, mais sur la communication autour. « Cela fait des années que l’on travaille sur ce projet. Peut-être que nous n’avons pas su l’expliquer. Peut-être que j’y arriverai mieux aujourd’hui », a souhaité le président du Real. Mais le ballon de la faute est vite renvoyé, tout droit dans les pieds de ses adversaires : l’UEFA et ses dirigeants. « Je n’ai jamais vu une telle agressivité de la part du président de l’UEFA et de la part de présidents des ligues (européennes), comme celle d'Espagne. On aurait dit que c’était quelque chose d’orchestré. (…) On aurait dit qu’on voulait tuer le football. Qu’on venait de lâcher une bombe atomique. Alors qu’on essayait simplement de sauver le football ».

Malgré ses propos, Florentino Perez n’assume toutefois pas complètement ce rôle de sauveur. Questionné d’emblée, en début d’émission, pour savoir si on doit désormais l’appeler président du Real Madrid ou président de la Super Ligue, Florentino Perez a balayé : « Non, non. Président du Real Madrid, c’est bien ». L’initiateur du projet tente donc de garder la tête haute : le bateau de 12 places est touché mais pas coulé. Il est juste rentré au port sans capitaine assumé. Reste à savoir maintenant quand sera son projet voyage.