Tour de France 2021: « Il est intouchable »… Au col du Portet, l’ovni Pogacar a (encore) écœuré la concurrence

CYCLISME Vainqueur avec une facilité déconcertante à plus de 2.000 m d’altitude, ce mercredi, le prodige slovène poursuit sa balade dans le Tour de France 2021

Nicolas Stival

— 

Tous derrière et « Pogi » devant.
Tous derrière et « Pogi » devant. — Daniel Cole / AP / Sipa
  • Dans un final qui l’opposait à Jonas Vingegaard et Richard Carapaz, ses deux dauphins, Tadej Pogacar s’est imposé sans trembler au sommet du col de Portet.
  • La question n’est plus de savoir si le Slovène va gagner le Tour de France, mais combien il en remportera.

De notre envoyé spécial à Saint-Lary-Soulan,

Ce n’est pas qu’on soit particulièrement chauvin, mais on aurait bien aimé vous conter ce mercredi le fabuleux succès d’Anthony Perez dans le brouillard et le froid du col du Portet, à 2.215 m d’altitude. Un Français qui gagne un 14 juillet pour la première fois depuis Warren Barguil en 2017, un Cofidis en plus, soit le membre d’une équipe en panne de succès sur le Tour depuis Sylvain Chavanel en 2008. La belle histoire quoi… Mais Tadej Pogacar ne l’a pas voulu.

Le patron avait décidé que cette étape pyrénéenne était pour lui. Et quand il veut quelque chose… Lancé comme un obus, le Slovène de 22 ans a dévoré le Toulousain à 8 km de l’arrivée, avec Jonas Vingegaard et Richard Carapaz dans son sillage. « Quand ils m’ont repris, je me suis dit : "putain, ils roulent vite !" », sourit malgré tout le combatif du jour, qui finira à plus de 16 minutes.

Sur la ligne, il n’y avait plus que le leader de la UAE Emirates, pour sa cinquième victoire d’étape dans la Grande Boucle, sa deuxième cette année et sa première avec le maillot jaune sur les épaules. Le Danois et l’Equatorien, qui l’accompagneront sauf coup dur sur le podium dimanche à Paris ? « Ils ont été très bons, j’ai juste sprinté 50 mètres, et ça a été assez », tranche « Pogi », qui a par ailleurs couvert d’éloges son équipe, puisque personne d’autre dans le peloton ou parmi les suiveurs ne s’en charge.

« Il n’a pas peur de sortir les crocs »

Auteur d’une très belle course, David Gaudu (quatrième ce mercredi) ne peut que faire allégeance. « Les trois devant étaient les plus forts, il y a 1’12'' sur la ligne [1'19'' si on veut chipoter]. Il n’y a pas de regret à avoir, quand on est battus par plus fort. » Quant à Pogacar, « il a montré que c’était un sacré maillot jaune et qu’il n’avait pas peur de sortir les crocs », constate le leader d’une FDJ rabougrie (quatre coureurs encore en course).

Guillaume Martin est encore plus éloquent : « On voit bien que sur une arrivée d’étape comme ça, Pogacar est intouchable, lâche le meilleur Français au général (9e). On avait l’impression en deuxième semaine qu’il avait un coup de moins bien. A priori, c’est bien revenu. Il avait à cœur de l’emporter avec le maillot jaune sur l’une des plus belles étapes du Tour. »

Les rarissimes Slovènes présents le long des 16 km du très raide col du Portet, perdus entre les ikurriña basques, les gwenn-ha-du bretons et les bobs Cochonou, ont peut-être vu leur champion esquisser un curieux rictus.

« Parfois quand je souffre, mon visage exprime un sourire. Mais peut-être que la caméra a montré le moment où je passais devant ma petite amie. J’ai senti de la pure joie. J’ai beaucoup aimé la course. »

Les 9 % de moyenne de la dernière montée, après les cols de Peyresourde et de Val-Louron-Azet, n’ont pas eu raison de sa bonne humeur, largement compréhensible lorsqu’on trimballe 5’39'' d’avance sur son dauphin (Vingegaard), à quatre journées de la quille. Au sujet du Danois de la Jumbo-Visma, son aîné de près de deux ans, Pogacar assure voir en lui « un futur vainqueur du Tour ». Quand lui-même sera absent alors…

Vers l’infini et au-delà ?

Car pour l’heure, le Cannibale de Klanec marche sur les traces du quatuor à cinq victoires : Anquetil, Merckx, Hinault et Indurain (pour rappel Armstrong et ses sept succès n’ont jamais existé). Au fait, Woet Poels peut trembler, avec ses neuf petits points d’avance au classement de la montagne. S’il le décide, le Slovène signera un deuxième triplé d’affilée dimanche : maillots jaune, blanc et à pois. Et il semble bien l’avoir décidé, comme on le verra sans doute ce jeudi entre Pau et Luz-Ardiden.