Tour de France 2021 : Pogacar s'impose au sprint au sommet du col du Portet, Anthony Perez a fait le spectacle à l'avant. Revivez l'étape en live avec nous

CYCLISME Du classique au programme avec le col de Peyresourde et le col du Portet, et à la fin c'est Pogacar qui s'impose dans la brume

X. R.
— 
Le Slovène Tadej Pogacar, vêtu du maillot jaune de leader du classement général, franchit la ligne d'arrivée de la dix-septième étape du Tour de France cycliste sur 178,4 kilomètres (110,9 miles).
Le Slovène Tadej Pogacar, vêtu du maillot jaune de leader du classement général, franchit la ligne d'arrivée de la dix-septième étape du Tour de France cycliste sur 178,4 kilomètres (110,9 miles). — Christophe Ena/AP/SIPA

 

18h: Merci à tous d'avoir suivi ce live, on se retrouve demain pour la prochaine étape avec encore une arrivée au sommet ! 

17h55: David Gaudu, vaillant 4e : "J'avais bien récupéré d'hier, je suis monté à ma main, les trois devant étaient bien plus fort mais c'est une belle 4e palce. ça donne des idées pour demain, on pourrait essayer quelque chose. ça fait deux grosses journées que je fais, il faudra voir comment les jambes ont récupéré."

17h51: Anthony Perez, combatif du jour : "Il fallait essayer quelque chose, j'ai eu le flair pour sentir le coup, je me suis retrouvé devant. Après j'étais bien poussé sur mes routes à 15 km de chez moi. Je m'attendais à être trop impatient de prendre l'échappée, je me suis canalisé et j'ai senti le coup. Une journée comme ça, c'est exceptionnel. Je suis un attaquant, en haut de l'Azet j'avais les jambes éclatées, je me suis concentré sur la récup dans la descente. En bas du dernier col, j'ai vu l'écart à 3'45, je me suis dit que si ils ne se disputaient pas la victoire ça pouvait le faire, et puis l'avance a fondu d'un coup."

17h47: Pogacar, vainqueur avec le maillot jaune, mais qui n'a que son équipe à la bouche : "La semaine dernière on a beaucoup travaillé, l'équipe s'est arraché, c'était difficile de controler les échappées. Aujourd'hu on a vu une opportunité, je suis ravi d'avoir remporté cette étape sur l'ascension la plus difficile de tout le Tour. L'équipe a tellement travaillé, ils ont tout donné, je leur devait bien ça. Gagner avec le jaune sur les épaules, ça me rend très fier. Demain on verra, l'objectif c'est de défendre le maillot jaune, ne pas trop se mettre dans le rouge. Si on arrive à contrôler, on verra pour le maillot à pois."

17h34: Marc Madiot est satisfait de la journée, de l'état de David Gaudu et espère encore attaquer demain.

17h24: Guillaume Martin a sauvé une bonne partie du mobilier et va conserver sa 9e place au général. Du coup la théorie du « Gaudu top 10 » en prend un coup dans l'aile, tout le monde a bien fini.

17h21: Gaudu passe la ligne devant Ben O'Connor et va rentrer dans le Top 10 du général.

17h20: Victoire de Pogacar ! Il la voulait celle-là !

150m: ATTAQUE DE POGACAR !!!! Il s'envole !

200m: Vingegaard est rentré.

300 m: On aura un sprint final à 10% !

650 m: L'Equatorien monte avec le Maillot Jaune sur le porte-bagage, ça fait lourd mais il a économisé toutes ses forces dans la montée.

1,4 km: oh l'attaque de Carapaz !!! Le joli coup de poker ! Vingegaard cède, Pogacar s'accroche à ses roues.

2 km: Pogajaune essaie de secouer ses deux compagnons mais ils s'accrochent tels des accariens à un tapis.

2,5 km: Il lui en a manqué dans les Alpes mais joli Tour de Gaudu quand même.

 

3 km: Gaudu ne rentrera pas, cinquante secondes d'écart maintenant. Le podium du général est sous nos yeux : Pogacar, Vingegaard, Carapaz. On ne voit pas ce qui pourrait changer cet état de fait.

3,8 km: On y voit pas plus loin qu'à l'aveuglette dans cette marée blanche.

4,4 km: Gaudu a trente secondes de retard sur les trois hommes de tête, qui se regardent un peu, Carapaz n'a pas pris un seul petit relais et semble au rupteur.

4,7 km: On est sur de la route pourrie avec option nid de poule et graviers maintenant, ça peut jouer.

5,2 km: Paf ! L'attaque de Gaudu dans le groupe de poursuivants ! Compliqué de revenir sur les trois bestioles de devant mais il peut se faire une belle place dans le Top 10 du général.

5,5 km: On est dans la brume, adieu vue de l'hélico.

6 km: Vingegaard veut tester Pogacar mais le Slovène prend bien son relais. Carapaz se laisse emmener : trop cuit ou patient ?

6,8 km: Dans les petits groupes éparpillés, on essaie de s'organiser pour sauver des secondes. Huiguita est revenu aider Uran, qui voit le podium final s'envoler.

8 km: Nouvelle attaque de Pogacar, seul Vingegaard reste dans la roue, Carapaz recolle après quelques secondes. Uran craque.

8,5 km: On a quitté la partie "Plat d'Adet" du col pour passer sur les vraies pentes du col du Portet, ça pique. Peio Bilbao a pris quelques mètres d'avance, du coup Pogacar passe en mode Super-sayen et saute le pauvre Bilbao ainsi que Perez.

8,8 km: En tout cas le public dans le col est enflammé aussi et ça fait bien plaiz' !

 

9,3 km: Gaudon repris par le groupe des leaders, Perez a encore 45 secondes d'avance.

10 km: Perez passe sous la barrière, on l'impression qu'il écrase mais le pourcentage à 13% doit pas aider à appuyer sur la pédale.

10,5 km: Il est discret mais Gaudu est bien dans les roues de Pogastar.

11 km: Les secondes fondent comme une glace à la vanille au soleil ! Plus que deux minutes d'avance pour Perez, à ce rythme ça ne suffira pas.

11,7 km: Et maintenant ce sont Guillaume Martin et Enric Mas qui perdent quelques mètres !

11,9 km: Geraint Thomas lâché à son tour, il reste moins d'une quinzaine d'homme avec Pogacar !!

12,8 km: Allez c'est parti pour Perez, tout seul, Gaudon pioche vraiment. Maintenant il va falloir tenir l'écart avec le peloton Maillot Jaune, trois minutes derrière, on a perdu une minute en trois kolimètres, ça va être duuuur.

13,5 km: Saccoche de Perez, et là Gaudon laisse quelques mètres d'écart se creuser.

13,7 km: Aie aie aie, Alaf' qui craque ! Quintana aussi s'écrase sur la route.

14,1 km: Mini-attaque de Gaudon mais Perez reste dans la roue. 3'30 plus bas, van Aert et Vingegaard sont collés à celle de Pogacar.

15 km: Un vrai chantier ce col. Grimpé pour la première fois de ce côté il y a trois ans, il avait fallu déblayer la route pour la rendre praticable. Et à plus de 2000 mètres d'altitude, c'est bien sûr un Colombien qui avait gagné : Nairo Quintana.

18 km: Le duo de tête entre dans Saint-Lary-Soulan, le bas du col n'est plus très loin. En haut, c'est la purée de pois Thierry.

 

21,7 km: Gaudon fait une descente express et prend un relais à Perez maintenant.

23 km: Hop hop hop, Sepp Kuss est allé rouler dans le gazon sur un virage serré de la descente. Pas loin de couper à travers champs de manière assez abrupte.

25 km: Wouter Poels prend quelques mètres d'avance sur le peloton pour grignoter 4 petits points et défendre son maillot à pois.

28,9 km: Et hop ! 10 points dans la musette en haut du col pour Perez, qui revient à 37 points du porteur du maillot à pois. Il peut l'enfiler ce soir en cas de victoire. Dorian Gaudon passe avec 10 secondes de retard.

31 km: Plus que deux kilomètres pour Anthony Perez, sauf grosse fringale ça tiendra le coup.

32,3 km: Un seul être vous manque et les cols sont dépeuplés.

 

33,5 km: Latour a été repris aussi, le peloton visse un bon coup. Anthony Perez tente le coup tout seul pour basculer en tête avant d'aider Martin dans le col du Portet.

35,6 km: Il ne reste que trois hommes en tête, trois Frenchies : Perez, Turgis et Godon !

41 km: Pierre Latour passe au virage Jan Ulrich avec trente secondes de marge sur le peloton, mais il est encore très loin des échappés.

44 km: Le peloton est quand même bien revenu, 4 minutes de retard dans la descente. Pas dit que Perez et Turgis puissent encore se disputer les points en haut du prochain col.

49 km: Anthony Turgis passe en tête au col de Peyresourde, premier cocorico du jour !

51,5 km: Quintana et Poels vont se faire reprendre par le peloton, Pierre Latour les a lâché pour continuer son attaque.

52,5 km: C'est en train de péter dans tous les sens au sein du peloton, Colbrelli se range tranquillement, Cavendish pointe déjà à trois minutes du Maillot Jaune.

55 km: On est environ à mi-montée et l'échapée n'a perdu que deux minutes sur le groupe Quintana.

56 km: Chris Froome est aussi dans le groupe des lâchés. Il se passe bien ce Tour de la pré-retraite, papy ?

56,5 km: Gros jump de Pierre Latour pour boucher très vite les vingt secondes entre le peloton et le petit groupe de Quintana. Les sprinteurs se laissent décrocher, fin de journée pour eux, on bâche.

58 km: Quintana se détache du peloton pour aller prendre des points au classement de la montagne, Poels saute dans sa roue un peu tard. Peuvent-ils reprendre l'échappée avant le sommet ?

59 km: C'est une IMMENSE BLAGUE ? La bascule pile au moment du sprint intermédiaire dans le peloton, et les commentateurs qui en rigolent peinards. Bref, on va faire comme si les impératifs publicitaires ne l'emportaient pas sur la course, c'est Matthews qui est passé le premier, devant Cavendish.

61 km: Les six hommes sont Van Poppel, Postleberger, Chevalier, les deux Anthony Perez et Turgis, et Godon. C'est Van Poppel qui a pris le chèque du sprint intermédiaire tout à l'heure.

62 km: Premières pentes du col de Peyresourde pour les échappés, on va voir si le peloton revient vite ou pas.

71 km: Bonjour tout le monde ! On arrive avec une petite échappée de six coureurs dont quatre Français, et le peloton huit minutes derrière. Le sprint intermédiaire de Bagnères-de-Luchon approche.

14h : C’est la fête, c’est la joie, les feux d’artifice et du monde dans les cols, on adore. En attendant de vous retrouver pour les trois cols, voici le résumé anticipé de l’étape :

Une échappée prend un peu le large avec tous les candidats au maillot vert.

Zzzzzzz ZzzzzzzZ Zzzzzzzz…. Ah, Matthews est passé en tête au sprint intermédiaire, Cavendish prend ce qu’il faut pour être tranquille, Colbrelli n’est vraiment pas un sprinteur. Premiers kilomètres d’ascension, le peloton arrive et avale ces pauvres hommes pas faits pour les gros pourcentages. Attention, van Aert et Colbrelli font toujours de la manivelle avec trois minutes d’avance. La descente, ohlala grosse chute, Steven Kruijswijk quitte le Tour, la clavicule en miettes.

Attaque, attaque de Guillaume Martin au pied du col de Val Louron-Azet. Les trains Ineos et UAE essorent tout le monde. Guillaume Martin cale, Vingegaard victime d’une fringale, il ne reste 20 coureurs en bas de Saint-Lary. Aurélien Paret-Peintre tente un coup, c’est un four mais on vibre. Plus personne n’a d’équipier, David Gaudu met un coup de pétard, Carapaz dans la roue, Pogacar tarde à réagir. Montée interminable. Marc Madiot en transe. Gaudu immense, implacable. Gaudu en danseuse, maillot ouvert. Gaudu passe la ligne. Gaudu prince de Bretagne, couronné roi de France le 14 juillet. On s’embrasse. Pogacar arrive deux petites minutes plus tard, l’avance est toujours confortable. Mais on s’en fout, on l’a eu notre coup de panache. C’est beau le vélo.

Bonjour à toutes et à tous ! J'espère que vous profitez bien de ce jour ferié pour glander dans le canap', dans tous les cas on va se faire l'étape du jour ensemble. C'est devenu un grand classique, le 14 juillet c'est montagne. Et comme tous les 14 juillet, on attend un Français vainqueur au sommet. Alors, qui cette année ? Gaudu, Martin ? Alaphilippe ? Nacer Bou... Ah non, il est hors-course. En tout cas on a un enchainement de dingue en fin d'étape, et cette arrivée au sommet du col du Portet (16 km à presque 9% de moyenne, 2200 m d'altitude) nous promet une étape d'anthologie. Et peut-être même un bouleversement du classement général, si Pogacar coince. Quel pied, ah quel pied !

> Prise d'antenne à 14h45 pour être sûr de ne rien rater !