Mondial 2022 : « Ça ne doit pas arriver », la honte pour l’Allemagne battue par la Macédoine du Nord

FOOTBALL Les hommes de Joachim Löw n'avaient plus laissé des points en route en qualification depuis 2012

J.L. avec AFP

— 

Les Macédoniens ont réussi l'exploit d'une vie contre l'Allemagne, le 31 mars 2021.
Les Macédoniens ont réussi l'exploit d'une vie contre l'Allemagne, le 31 mars 2021. — Thilo Schmuelgen/AP/SIPA

Après 17 victoires consécutives en qualifications du Mondial, l’Allemagne a été battue à domicile à Duisbourg mercredi 2-1​ par la surprenante Macédoine du Nord, cassant du même coup la dynamique de sa préparation pour l’Euro cet été.

Malgré un but d'Ilkay Gündogan sur un penalty généreux (63e), la Macédoine s’est imposée grâce à Goran Pandev (45e+2) et Elif Elmas (85). Depuis un 4-4 contre la Suède en 2012, la Mannschaft n’avait plus lâché un seul point dans un groupe de qualification au Mondial.

L’immense raté de Werner

Les Allemands sont troisièmes de leur groupe de qualification pour le Mondial-2022 au Qatar avec 6 points, derrière l’Arménie (9 points) et à égalité avec la Macédoine. « La déception est énorme, a reconnu le sélectionneur Joachim Löw. Il est difficile de faire une analyse à chaud, mais nous étions fatigués, nous avons manqué de fraîcheur, nous avons été lents en attaque, mais même quand nous avons été rapides nous n’avons pas trouvé les moyens de poser des problèmes à notre adversaire ».

« Ça ne doit pas arriver. La Macédoine est arrivée deux fois devant notre but et a marqué deux fois. C’était trop facile », a déploré pour sa part le capitaine d’un soir Gündogan, visiblement désemparé au coup de sifflet final : « Nous avons eu plusieurs occasions et nous n’avons marqué qu’un but. Et sur les deux buts encaissés, nous ne sommes pas bons, à chaque fois il y a un adversaire complètement libre au centre ».

Comme l’avait déjà montré la laborieuse victoire 1-0 dimanche en Roumanie, le chantier de l’équipe d’Allemagne est d’abord celui du réalisme devant le but. Car si Gnabry, Goretzka ou Werner manquent à l’Euro (11 juin-11 juillet) des occasions énormes comme ils l’ont fait contre la Macédoine, ils risquent de le payer très cher dans le « groupe de la mort », contre la France, championne du monde, le Portugal, champion d’Europe en titre, et la Hongrie, coorganisateur de l’Euro.