Half-pipe : Kevin Rolland termine 8e de la finale des Mondiaux pour son grand retour en compétition

SKI FREESTYLE Le half-pipeur de La Plagne participait à sa première compétition deux ans après un terrible accident l’ayant plongé dans le coma et termine finaliste

N.C. avec AFP
— 
Kevin Rolland, ici lors des JO 2018, a fait son grand retour à la compétition à Aspen, le 12 mars 2021.
Kevin Rolland, ici lors des JO 2018, a fait son grand retour à la compétition à Aspen, le 12 mars 2021. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Kevin Rolland, qui effectuait à Aspen (Colorado) son grand retour à la compétition presque deux ans après une très grave chute, a fini 8e du halfpipe lors des Mondiaux de ski freestyle, vendredi. La victoire est revenue au Néo-Zélandais Nico Porteous.

Le Français, qui s’était qualifié pour la finale mercredi, a très vite compromis ses espoirs de podium en chutant sur le coping, le haut du mur, lors de son premier run. En le voyant par terre, tout le monde a eu peur, évidemment, mais sitôt tombé, le Français a levé le bras pour signaler qu’il allait bien. S’il a pu ensuite faire un 2e run à 49 points, il a décidé de faire l’impasse sur le 3e.

En route pour les Jeux

Il n’était de toute façon pas venu pour un podium. Cette place de finaliste constitue déjà en soi un sacré exploit. Et une renaissance pour celui qui fut victime, le 30 avril 2019, d’une très lourde chute alors qu’il s’entraînait pour battre un record du monde du saut le plus haut depuis un quarter pipe (un tremplin en forme de quart de tube). Les conséquences avaient été dramatiques : bassin fracturé, blessé aux poumons, côtes et pancréas… il s’était trouvé dans le coma durant trois mois.

Le voilà donc à nouveau debout, prêt à se lancer vers les JO 2022 de Pékin, son ultime défi. « Si j’ai repris le ski, c’est aussi parce que je ne voulais pas arrêter sur une chute, nous disait-il la semaine dernière. J’aime être maître de mon destin. J’ai eu la belle aventure à Sotchi, la mauvaise à Pyeongchang et j’aimerais finir de la meilleure des manières à Pékin. Je veux être champion olympique, ou a minima obtenir une médaille. »

C’est le seul titre qui manque au skieur de 31 ans, champion du monde en 2009, trois fois vainqueur des X Games en Superpipe.