Montpellier-Rennes : Ça ne s'améliore pas pour le Stade Rennais qui dévisse sur les pelouses de Ligue 1

FOOTBALL Les Bretons auraient pu s’incliner plus lourdement encore à Montpellier et quittent le Top 5

Jérôme Diesnis

— 

L'entrée d'Eduardo Camavinga a fait beaucoup de bien aux Rennais. Mais elle a été trop tardive pour changer le cours du match.
L'entrée d'Eduardo Camavinga a fait beaucoup de bien aux Rennais. Mais elle a été trop tardive pour changer le cours du match. — AFP
  • Le Stade Rennais est sur une pente dangereuse. Depuis leur défaite à domicile contre Lille, les Bretons n’ont pris que deux points sur quinze possibles.
  • Ils sont exclus du Top 5 de la ligue 1 pour la première fois depuis la mi-janvier et assistent à un resserrement général autour de la cinquième place.
  • Battu à Montpellier (2-1), Rennes aurait pu s’incliner beaucoup plus lourdement si Savanier n’avait pas raté son penalty juste après la pause. Les entrées de Grenier et Camavinga en fin de match ont donné un nouveau souffle à l’équipe et lui ont permis d’y croire jusqu’au bout.

Deux points sur quinze possibles. Le bilan du stade rennais depuis le 24 janvier et sa défaite à domicile contre Lille (0-1) est famélique. Pour la première fois depuis le 9 janvier, il a été expulsé du Top 5 de la ligue 1 après sa défaite à Montpellier (2-1). Il voit revenir un troupeau d’affamés, dans lequel figure son vainqueur du joueur, qui contrarie son destin européen. Les Bretons sont provisoirement huitièmes, avec un match en retard à disputer à Marseille.

Les mêmes maux pour le même résultat. A Montpellier, Rennes aurait pu ouvrir le score et s’est fait sanctionner pour son manque de réalisme. A l’inverse de Stephy Mavididi, deux fois buteurs sur ses deux premiers tirs cadrés. « Il y a beaucoup de frustration : on se procure les deux premières occasions puis on est punis dans la foulée », estime le milieu rennais Clément Grenier, remplaçant au coup d’envoi.

« On est dans le doute et on paie la moindre erreur »

Deux buts inscrits contre une défense bien laxiste. D’abord sur un coup franc de Savanier où l’Anglais a surgi et profité de la passivité d’Aguerd et Guirassy. Puis en profitant d’un cadeau de Martin avant d’enchaîner une balle piquée pour se défaire d’Aguerd (venu en aide d’un Da Silva souvent pris de vitesse) et doubler la mise. « Le regret, c’est d’avoir encaissé ces buts sans avoir mis en difficulté », regrette le coach Julien Stéphan. « Malheureusement, comme on est dans le doute, à la moindre erreur on se fait sanctionner par un but ».

Comme à son habitude, le stade rennais a fait le jeu au stade de la Mosson. Mais de façon beaucoup trop stérile. Il aurait même pu être davantage puni, si Savanier n’avait raté son penalty peu après la pause (51e).

Le choix des hommes était-il le bon ?

Alors que Da Silva et Terrier ont quitté blessés la pelouse, les bonnes entrées de Camavinga, excellent dans son rôle de box-to-box, et Grenier auraient pu changer le cours de la rencontre. A se demander si le coach rennais ne s’est pas trompé dans le choix des hommes. D’autant que Jonas Martin, excellent à Lens, est cette fois passé à côté de son match. « On a montré pas mal de caractère et une autre qualité de jeu. Cela va tourner, préfère positiver Grenier. On l’a déjà fait par le passé. On manque de régularité pour se mélanger aux équipes du haut de tableau. »