Angers-FC Nantes : « A priori, je ne parle pas bien français… », enrage Moulin après ses joueurs

FOOTBALL Les Angevins (9es) ont été battus (1-3) par Nantes ce dimanche sur leur pelouse. Une défaite due en grosse partie à une entame de match (encore) catastrophique

David Phelippeau
— 
Stéphane Moulin.
Stéphane Moulin. — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
  • Angers (9e) s’est incliné (1-3) dans le derby des Pays-de-la-Loire contre Nantes ce dimanche à Raymond-Kopa.
  • Le SCO a pris deux buts lors des six premières minutes de jeu.
  • Une entame de match qui a mis en colère Stéphane Moulin, le coach du SCO.

De notre envoyé spécial à Angers

« J’ai un peu les boules donc je préfère arrêter là… » Après quelques minutes à pester après ses joueurs, Stéphane Moulin a demandé gentiment aux journalistes d’écourter sa conférence de presse. De peur de dire des bêtises ? Sans doute pas car ce n’est pas son style. Non, plutôt car il avait tout dit sur « l’entame de match catastrophique », selon lui, de sa formation, battue (1-3) contre ce dimanche à Raymond-Kopa.

Après six minutes de jeu, Nantes, pourtant sur une série de seize rencontres sans victoire, menait 0-2. Un début de match, « pire que d’habitude ». En effet, à Bordeaux, le 24 janvier, les Angevins étaient en retard de deux buts après onze minutes, et à Nice, il y a huit jours, après dix-sept minutes… « Malheureusement, je me sens impuissant devant cet état de fait, analyse Moulin. Ce n’est pas faute de prévenir que ces derniers temps, les entames de match nous ont permis de gagner [victoire contre Rennes en Coupe de France jeudi] ou nous ont fait perdre. C’est moi le responsable, a priori je ne parle pas bien français. J’ai juste honte de ce qu’on a fait. J’assume, je suis le coach, je suis le premier responsable. Quand vous vous mettez de travers, vous ne pouvez pas avancer vite. Nantes en a bien profité. »

Une pelouse catastrophique

Les Angevins ont réussi à réduire l’écart sur un penalty marqué par Mangani (33e). Boufal a touché la barre juste au début de la seconde période (50e), mais c’est tout, et c’est bien peu pour un SCO à l’abri en Ligue 1 au milieu du classement et opposé à une formation nantaise malade. « Je prends ma part de responsabilité, répète Stéphane Moulin, obnubilé par l’entame des siens. Je n’arrive pas à tourner les bons boutons, mais j’aimerais que les joueurs prennent la leur… Notre projet de jeu a été mis à mal après six minutes de jeu. »

Et la pelouse dans un état pitoyable à Kopa n’a pas contribué à aider les Angevins à développer du jeu pour revenir dans ce match. « Cela complique l’affaire forcément quand vous devez faire le jeu sur un terrain comme ça, mais je le répète, c’est de notre faute… », conclut Stéphane Moulin, qui devrait avoir une nouvelle explication de texte avec ses joueurs cette semaine à la Baumette.