Droits TV : Un deal gagnant-gagnant, mais surtout pour Canal+

FOOTBALL Le dffuseur historique de la Ligue 1 diffusera tous les matchs jusqu'à la fin de la saison pour à peine 35 millions d'euros de plus

Aymeric Le Gall

— 

La LFP a trouvé un accord avec Canal+ pour diffuser la fin de la saison 2020-2021 de Ligue 1.
La LFP a trouvé un accord avec Canal+ pour diffuser la fin de la saison 2020-2021 de Ligue 1. — Mathieu Pattier/SIPA
  • Canal+ et la LFP ont trouvé un accord pour la diffusion de tous les matchs de Ligue 1 sur la chaîne cryptée jusqu’à la fin de la saison.
  • Le diffuseur historique du championnat récupère tous les lots de Mediapro pour seulement 35 millions d’euros supplémentaires.
  • La Ligue va rebâtir un appel d’offres pour les saisons 2021 à 2024, en espérant la participation de nouveaux acteurs, comme Amazon, qui se sont manifestés cette semaine.

Un communiqué qu’on n’espérait plus. Jeudi en toute fin d’après-midi, à l’issue d’un conseil d’administration extraordinaire annoncé aux médias le matin même, la Ligue de football professionnel (LFP) a annoncé avoir trouvé  un accord global avec Canal + pour la diffusion de la Ligue 1 jusqu’à la fin de la saison.

Plus de quatre mois après la défection du vendeur de rêve sino-espagnol Mediapro, le football français respire enfin (un peu) mieux. Le diffuseur historique du championnat de France disposera à chaque journée « des droits audiovisuels exclusifs, en direct et en intégralité, de l’ensemble des matchs de Ligue 1 Uber Eats et de huit des dix matchs de Ligue 2 BKT », selon le communiqué de la LFP.

Canal a changé de posture en 24h

Cette annonce a de quoi surprendre, même si l’urgence de la situation et la détresse financières de la LFP et, avec elle, de tous les clubs professionnels français, explique en partie ce revirement de situation express. Car jusqu’à jeudi, 18 heures, il n’était absolument pas question du côté de la chaîne cryptée de céder quoi que ce soit à une LFP qui, selon elle, l’a poussée hors du jeu en 2018 pour aller chercher Mediapro et son fameux milliard. Ainsi, après avoir tout simplement zappé l’appel d’offres lancé par la Ligue courant janvier, Canal + et son big boss Vincent Bolloré avaient également mis un stop à l’instance en refusant également de négocier de gré à gré.

Mais sa position s’est infléchie en moins de 24 heures. Après avoir déjà fait un pas en proposant la diffusion du Classique OM-PSG dimanche contre un chèque d’environ trois millions d’euros, la chaîne de Vincent Bolloré a réussi à rapatrier chez elle tous les lots glanés par Mediapro en 2018. Tous les matchs de Ligue 1 à partir de la 25e journée (celle du week-end prochain), seront donc diffusés sur Canal+ en attendant un nouvel appel d’offres de la Ligue d’ici la fin de la saison. Cet accord acte aussi la fin de la chaîne Téléfoot, qui devrait cesser d’émettre rapidement après le Classico qu’elle co-diffuse avec Canal dimanche.

Les clubs français perdent la moitié de leur mise

Les chiffres maintenant. Canal+, qui refusait jusqu’alors de continuer à payer ses traites du lot 3 (comprenant le match du samedi soir et celui du dimanche à 17 heures) a finalement accepté de maintenir ce deal en place (pour un total de 168 millions jusqu’à la fin de la saison), tout en y incluant une petite rallonge de 35 millions pour récupérer les matchs de Mediapro, soit un total de 203 millions d’euros.

A l’arrivée, selon plusieurs sources proches du dossier interrogées par l’AFP, avec ce que la Ligue a déjà perçu de Mediapro et ce qu’elle va continuer de toucher avec Free, on en arrive à un total de 589 millions d’euros dans les caisses de la Ligue pour la saison 2020-2021, soit une baisse de 49 % par rapport au 1,153 milliard prévu lors de l’appel d’offres de 2018.

L’accord de jeudi ne court néanmoins que jusqu’à la fin de la saison : il faudra ensuite renégocier la commercialisation des droits des prochaines saisons, avec les différents opérateurs intéressés. Ce laps de temps est le bienvenu pour la LFP qui, après avoir guetté d’un œil attentif l’intérêt d’Amazon (qui s’est positionné lors du dernier appel d’offres​), va avoir un peu de temps devant elle pour bâtir un nouvel appel d’offres plus adapté à l’arrivée de ces nouveaux acteurs sur le marché, et espérer retrouver une somme plus conforme à ses ambitions.