Droits TV de la Ligue 1 : Canal + refuse une négociation de gré à gré, la LFP dans les cordes

FOOTBALL La Ligue se retrouve prise au piège par l’intransigeance du groupe Canal, qui exige depuis janvier qu’un nouvel appel d’offres complet soit lancé

A.L.G.

— 

Maxime Saada et Canal ne feront aucun cadeau à la LFP.
Maxime Saada et Canal ne feront aucun cadeau à la LFP. — ERIC PIERMONT / AFP

Quelques heures après avoir acté l’échec du nouvel appel d’offres lancé sur les droits TV de la Ligue 1, la LFP s’est pris un nouvel uppercut par Canal + à en croire une info de L'Equipe publiée mercredi dans la soirée. Selon le journal, la chaîne cryptée a indiqué à la Ligue qu’elle refuserait quoi qu’il arrive d’entamer des négociations de gré à gré avec elle, considérant qu’il y a un risque juridique à opérer ainsi.

Le groupe dirigé par Vincent Bolloré ayant décidé de contester la formule de l’appel d’offres devant le tribunal de commerce de Paris (verdict rendu le 19 février prochain), celui-ci maintient le cap et exige toujours que l’intégralité des lots – dont le trois que lui sous-licencie beIN Sports et dont il ne veut plus – soit remise sur la table.

Le flou le plus total

Après cet énième coup dur, la Ligue peut-elle encore échapper à un appel d’offres global ? Difficile en tout cas de l’imaginer ouvrir des négociations de gré à gré sans Canal +, le seul repreneur crédible à l’heure actuel après le fiasco Mediapro. Car si des petits nouveaux (Amazon, Discovery et DAZN) sont entrés dans la danse lundi en déposant une offre de reprise pour les différents lots, aucune n’a dépassé le prix de réserve fixée par la Ligue.

Pour le moment c’est toujours le flou le plus total. Seule certitude à l’heure actuelle, le Classico OM-PSG de dimanche sera codiffusé par Téléfoot et Canal +​, la chaîne cryptée ayant déboursé selon Lesjours.fr trois millions d’euros pour se payer le match phare du championnat de France.