Coupe de France : Mais pourquoi si peu de matchs du huitième tour sont-ils télévisés ?

FOOTBALL Eurosport, principal diffuseur de la Coupe de France, s’explique alors que plusieurs clubs de Ligue 2 et leurs supporteurs s’offusquent

Nicolas Stival

— 

Seules quatre affiches entre Ligue 2 de ce huitième tour de Coupe de France sont télévisées. Illustration.
Seules quatre affiches entre Ligue 2 de ce huitième tour de Coupe de France sont télévisées. Illustration. — Mourad Allili / Sipa
  • Sur les dix matchs qui opposent les clubs de Ligue 2 lors du huitième tour de la Coupe de France, mardi et mercredi, seulement quatre sont télévisés.
  • Principal diffuseur de l’épreuve, Eurosport explique ces choix, liés en grande partie au format inédit de la compétition adopté sur fond de Covid-19.

C’est une nouvelle qui rajeunit les quadragénaires et plus. Alors qu’aujourd’hui, en exagérant un tantinet, un fan ultime de foot peut arriver à dénicher la diffusion de la finale de la Coupe du Belize, des matchs officiels entre clubs de Ligue 2 ne sont pas retransmis en direct à la télé, ces mardi et mercredi. Sur les dix rencontres du huitième tour de la Coupe de France, seules Auxerre-Troyes (mardi), Nancy-Sochaux et Guingamp-Caen (mercredi) auront les honneurs des caméras d’Eurosport 2. Clermont – Grenoble, mercredi à 13 h 45 (!) sera codiffusé par Eurosport et les antennes régionales de France 3.

Les six autres matchs, à huis clos bien sûr, se dérouleront loin des yeux des fans. De quoi susciter l’incompréhension, voire une certaine colère, chez certains supporteurs et clubs…

Chez Eurosport, on analyse la situation différemment. « On ne peut pas produire tous les matchs du huitième tour, on en fait déjà un peu plus que les années précédentes. On diffusait alors un match lors du septième tour, et deux lors du huitième. En rajoutant celui que France Télévisions produisait, on arrivait à trois matchs. Cette année, nous produisons trois matchs et il y a celui que nous codiffusons avec France Télévision. Donc on en a quatre au lieu de trois. »

Un format spécial Covid qui chamboule tout

Encore une fois, le Covid fausse la donne. Dans le monde d’avant, les rencontres du huitième tour de la Coupe de France se jouaient début décembre. Un club de L2 pouvait très bien se retrouver opposé à une formation amateur. La médiatisation de la compétition s’accélérait début janvier, avec les 32es de finale et l’entrée en lice des clubs de L1.

La crise sanitaire a tout chamboulé, et obligé la FFF à revoir le déroulement de sa vénérable compétition. Avec, donc, des oppositions entre L2 au huitième tour, les 19 et 20 janvier, alors que les clubs amateurs tracent leur voie de leur côté avant (logiquement) des retrouvailles avec les pros en 16es.

« Des choix éditoriaux »

« Nous sommes tributaires du format, reconnaît-on du côté d'Eurosport. Ce sont des clubs de Ligue 2 qui se rencontrent mais cela ne veut pas dire que nous avons la capacité de couvrir tous les matchs dès le huitième tour. » D’où la nécessité d’effectuer « des choix éditoriaux ». « Quant à la rencontre choisie par France Télévisions, nous la codiffusons. »

Les clubs n’ont pas beaucoup de marge de manœuvre. Sur Twitter, Valenciennes (qui reçoit Chambly ce mardi) déplore que « la FFF prive les clubs de la possibilité de proposer, à l’issue de la rencontre, un résumé vidéo supérieur à trois minutes ». Un salarié d’un autre club également « snobé » par la télé observe : « on n’est pas autorisé à diffuser la rencontre en différé sur nos plateformes avant minuit ». Supporteurs palois, toulousains, amiénois ou ruthénois, il est l’heure de ressortir vos transistors, comme à la grande époque des multiplex à la radio.