PSG-OM : « Il s’est pris cette injustice en pleine face », le rebond du guerrier Alvaro après la polémique avec Neymar

FOOTBALL Alvaro Gonzalez, le défenseur de l’Olympique de Marseille, a été très affecté par les accusations de racisme de Neymar lors du dernier classico remporté par l’OM (0-1)

Adrien Max

— 

Alvaro Gonzalez lors de son altercation avec Neymar, au parc des Princes.
Alvaro Gonzalez lors de son altercation avec Neymar, au parc des Princes. — AFP
  • Alvaro Gonzalez, le défenseur de l’OM, retrouve le PSG et Neymar ce mercredi soir pour le trophée des champions, quelques semaines après une fin de match houleuse marquée par les accusations de racisme de Neymar à son encontre.
  • Très marqué après cet épisode, Alvaro a tourné la page et le défenseur se concentre sur le terrain en espérant une première sélection en équipe nationale espagnole.

« Alvaro est toujours motivé pour les matchs ». C’est avec un large sourire que Nemanja Radonjic a expliqué que son coéquipier Alvaro n’avait pas besoin de retrouver le PSG, et Neymar, pour avoir une source de motivation supplémentaire. Le défenseur central de l'Olympique de Marseille retrouve ce mercredi soir le club parisien pour le Trophée des champions, après la polémique du classico de septembre dernier et les accusations du brésilien à son encontre.

« Tout ça, c’est fini. J’ai besoin de parler de football », avait coupé court Alvaro lors d’une précédente conférence de presse. Cet épisode a profondément marqué celui qui vient de fêter ses 31 ans, avant de finalement être blanchi par la commission de discipline. « Il a été extrêmement touché, il s’est pris cette injustice en pleine face. C’est au moment de prendre l’avion qu’on a compris que ça partait en sucette. Spontanément, tous ses coéquipiers ont dit que c’était n’importe quoi », explique une source au sein du club.

« On avait pleine confiance en lui »

« Quand il a rallumé son téléphone à l'atterrissage, il avait des dizaines de messages de menace, d’insultes. Ça a beaucoup marqué sa famille, ses amis », poursuit cette même source. Au point de porter plainte, avant de changer de numéro de téléphone dans la foulée. « Il a beaucoup souffert avec ce qui s’est passé, mais je ne veux pas trop parler de ça, c’est dans les mains de la justice française », a éludé André Villas-Boas.

Le joueur a immédiatement été soutenu par le club, à travers le président Jacques-Henri Eyraud, le coach André Villas Boas et le directeur sportif, Pablo Longoria. « On a été très présent tout de suite parce qu’on avait pleine confiance en lui. On le connaît, on voit comment il est avec ses coéquipiers à l’entraînement, avec les gens du club. Il est toujours partant pour les opérations promotionnelles du club, il se sent Marseillais, il fait partie des cadres. Et il est très proche des supporters », rappelle-t-on à l’OM.

C’est d’ailleurs lors d’une rencontre entre des dirigeants du club, des responsables de groupes de supporters et du joueur, qu’Alvaro a versé quelques larmes. « C’était dramatique pour lui, s’il n’avait plus le soutien des supporters, il ne pouvait plus jouer au foot », confie-t-on à l'OM. Au point qu'on lui prête l'envie de quitter le club. « Ça allait plus loin que l’OM. Mais il a été touché et réconforté par les marques de sympathies d’anciens coéquipiers qui étaient prêts à prendre la parole ». « Il n’est pas raciste, des histoires comme ça dans les grands matchs, ça arrive souvent », a d’ailleurs rappelé son coéquipier Nemanja Radonjic.

« Ça a renforcé l’amour qu’on lui porte »

Le soutien des supporters, à travers notamment cette photo avec les South Winners, l’a aussi beaucoup soulagé. Pour « Titi », supporter toujours présent devant le centre d’entraînement, il n’y a pas eu le moindre questionnement quant à la probité du « guerrier » Alvaro. « Il n’y a eu aucun doute, il n’a jamais été mis en cause par les supporters. Au contraire ça a même renforcé l’amour qu’on lui porte », avance-t-il.

Selon lui, Alvaro est le joueur le plus disponible. « Il s’arrête pratiquement tous les jours pour faire des photos avec les minots, donner des maillots. Il a même invité à la boutique un supporter qui avait fait un drapeau à son effigie pour lui offrir un maillot. Il a le cœur sur la main », relate-t-il

Premier trophée et première sélection ?

Pour le club comme pour le joueur, « la page est tournée ». En témoigne le silence de dernier alors que Neymar n’avait pas hésité à remettre de l’huile sur le feu après l’interruption de match entre le PSG et Basaksehir, estimant qu’il « aurait dû faire pareil contre Marseille ».

Et s’il a accusé le coup durant une bonne semaine, cette polémique n’a pas influé vraiment influé sur ses performances. Auteur d’une saison solide, il a même été pré-convonqué en sélection espagnole. « Je n’y suis jamais allé, donc c’est un peu difficile. Si je joue bien et qu’on continue à être dans le top, qu’on gagne le titre du trophée des champions, il y a des opportunités. J’ai commencé cette année un peu bas, mais je hausse mon niveau et c’est important si je veux aller en équipe nationale », a-t-il rappelé peu avant la trêve hivernale. Malgré toute cette polémique, aucun doute sur le fait qu’Alvaro ne se privera pas d’aller au duel mercredi soir, histoire de gagner le premier trophée de sa carrière.