Emmanuel Macron était présent lors du tirage au sort de la Coupe du monde 2023.
Emmanuel Macron était présent lors du tirage au sort de la Coupe du monde 2023. — Aurelien MEUNIER / WORLD RUGBY / AFP

RUGBY

Mondial 2023: « Débrouillez-vous pour ramener la Coupe à la maison », Macron taquine les Bleus après le tirage au sort

Les Bleus sont tombés dans le même groupe que la Nouvelle-Zélande et l'Italie

« En 2023, comme c’est à la maison, il faut ramener la Coupe à la maison, débrouillez-vous », a lancé Emmanuel Macron au XV de France lundi à Paris lors de la cérémonie de tirage au sort de la Coupe du monde organisée en 2023 à domicile. « C’est simple, tous les douze ans, on est en finale. J’ai fait le calcul : en 2023, ça fera douze ans qu'on n'a pas été en finale. Maintenant en 2023, comme c’est à la maison, il faut la ramener, débrouillez-vous », a glissé le chef de l’Etat.

« On sera tous derrière vous à fond », a ajouté Emmanuel Macron qui s’est « engagé » à aller au centre national du rugby de Marcoussis « en début d’année prochaine » pour encourager les Bleus qui n’ont encore jamais été champions du monde de rugby, avec trois défaites en finale (1987, 1999 et 2011) à leur compteur.

En juin 2018, le chef de l’Etat avait dit aux footballeurs de l’équipe de France qu'«une compétition réussie, c'est une compétition gagnée ». Quelques semaines plus tard, ils étaient devenus champions du monde en Russie.

« Les poules faciles n’existent pas »

« La France est un pays d’amour du rugby [et va] offrir tout l’art de vivre à la française, a encore souligné le président de la République. La crise [du] Covid-19 est terrible [et en 2023] on va offrir au monde tout ce qu’on a envie de rouvrir dans les prochaines semaines, c’est-à-dire cet art de vivre à la française, cet art d’être entre nous, de partager de la convivialité, la gastronomie, des moments de fêtes, des moments de joie, des moments de culture aussi ».

Egalement présent au tirage, Bernard Laporte n’a pas montré un enthousiasme débridé, lui qui reste le dernier sélectionneur à avoir battu les Blacks en Coupe du monde : « Ça n’existe pas les poules faciles. Je les trouve équilibrées, à l’issue incertaine. La Nouvelle-Zélande est l’une des meilleures nations au monde et ce duel s’annonce passionnant. Je suis très excité en tout cas, a expliqué le président de la FFR. Aujourd’hui [lundi] est le premier jour de cette Coupe du monde. Les joueurs, avec huit victoires en dix matchs, ont redonné de la fierté à ce maillot. Dans trois ans, les joueurs auront entre 40 et 60 sélections, et cette expérience collective devrait leur servir. »