PSG -OL : La Ligue 1 n’a plus de diffuseur, mais pour une fois elle va nous offrir du suspense

FOOTBALL L'OL l'a emporté logiquement sur la pelouse du PSG (0-1), qui se retrouve dépassé par Lille et son adversaire du soir 

Julien Laloye

— 

Ligue 1: Le débrief de PSG-OL (0-1) — 20 Minutes

Au Parc des Princes,

Le PSG n’est plus leader de L1, et il n’y a pas de quoi crier au scandale après une soirée à courir derrière le milieu lyonnais au Parc (0-1). Et si on partait sur une saison à vibrer pour le titre ?

Un CDI pour Roudi

La dernière fois que l’OL s’était imposé au Parc en championnat, on se demandait encore qui de Benzema ou Ben Arfa, auteur d’un doublé ce soir-là, ferait la plus belle carrière. 13 ans après, les Lyonnais ont joué comme dans le jardin de chez papy et mamie au Parc. Garcia a mis le temps, mais ça tourne comme une horloge, et c’est le milieu de terrain qui donne l’heure exact, surtout avec Aouar à ce niveau. En première mi-temps, la domination lyonnaise a tellement frisé l’indécence sur certaines séquences qu’on avait envie de renommer Léo Dubois le Cafu lyonnais. Le côté droit lyonnais a réussi un chantier pas possible tout du long, et Kadewere a attendu un peu trop longtemps pour marquer, sur une erreur criminelle de Kimpembé (35e). La suite a été moins brillante, mais Lopes n’a pas eu un arrêt à faire en dehors d’une frappe de Florenzi, et cela dit un peu près tout

Un CDD pour le 3-5-2 de Tuchel

Le problème des illuminations soudaines, c’est qu’elles s’évanouissent parfois aussi vite qu’elles sont apparues. Ainsi, la dernière trouvaille de Tuchel, ce 3-5-2, né sur un coup de dé à Old Trafford n’a pas résisté à l’absence de Kylian Mbappé, préservé jusqu’à l’heure de jeu à cause d’une gêne musculaire. Le prodige de Bondy a l’habitude de se régaler dans le dos de Marcelo, et sans lui Neymar, a semblé cherché son doudou toute la soirée, avant de sortir en larmes sur un dernier tacle de Thiago Mendes (expulsé) dans les arrêts jeu, peut-être blessé gravement. Di Maria était là, lui, mais ce poste de milieu relayeur lui allait mieux au Real. quand il tournait les gambettes plus vite qu’un coureur de la Jumbo. L’entraîneur allemand a bien tenté de retravailler son brouillon, mais Garcia a verrouillé l’affaire en lui piquant son 3-5-2 pour finir, le petit malin.

Un intérim dans la lutte pour le titre ?

Le Ligue 1 n’a plus de diffuseur, pas beaucoup de pétrole non plus, mais il lui reste quelques idées. Celle de renouer avec le suspense n’est pas la plus mauvaise de la saison. A trois matchs de la trêve, le PSG est sur le podium, encore heureux, mais à la plus mauvaise place, et encore parce que l’OM compte toujours deux matchs de retard sur la meute. Cela doit beaucoup à la préparation parisienne tronquée par le Final 8 et à l’accumulation des rencontres, certainement, mais qui sait si ce collé serré ne va pas durer jusqu’en mai ? Lille maîtrise son sujet depuis deux ans maintenant, l’OM s’accroche aux basques par-delà les considérations de style, et cet OL a un match par semaine mériterait la cour d’assise s’il ne joue pas la gagne jusqu’au bout avec un effectif pareil. D’ici là, Bolloré aura peut-être allongé plus de billets que prévu.