Stade Toulousain : Pourquoi Cheslin Kolbe pourrait faire très mal à Bayonne

RUGBY Piqué par son manager à la suite d’un match de rentrée mi-figue mi-raisin contre Agen, l’ailier Cheslin Kolbe se déplace avec le Stade Toulousain ce samedi à Bayonne

Nicolas Stival

— 

Malgré un retour à la compétition contrasté contre Agen, Cheslin Kolbe a inscrit un essai.
Malgré un retour à la compétition contrasté contre Agen, Cheslin Kolbe a inscrit un essai. — Lionel Bonaventure / AFP
  • Absent sur blessure pendant six semaines, Cheslin Kolbe n’a pas eu son rayonnement habituel lors de sa rentrée samedi dernier contre Agen.
  • Le manager du Stade Toulousain Ugo Mola a un peu « piqué » le meilleur attaquant du monde à l’issue de la rencontre.
  • Touché dans son orgueil, le champion du monde sud-africain devrait être encore plus dangereux que d’habitude, ce samedi à Bayonne.

Regonflé après deux victoires d’affilée, à Pau (16-22) puis contre Agen (63-18), Toulouse se prépare à un samedi musclé à Bayonne. « On s’attend à tomber sur une équipe qui voudra défoncer le Stade Toulousain », prévient tout simplement le pilier Paulo Tafili.

Six jours avant le début de leur campagne européenne, chez les Irlandais de l’Ulster, les Rouge et Noir pourront toutefois compter sur le retour de quelques Bleus (Julien Marchand, Antoine Dupont, Romain Ntamack aligné au centre) pour passer avec succès le crash-test à Jean-Dauger. Une enceinte dans laquelle ils avaient été recalés en février dernier (20-10), juste avant l’arrêt du championnat pour cause de confinement. Les Stadistes s’appuieront aussi sur un Cheslin Kolbe « à 100 % », si l’on en croit les propos du champion du monde sud-africain ce jeudi.

Après six semaines d’absence pour soigner une blessure à la crête iliaque, l’insaisissable ailier Springbok est rentré lors des 20 dernières minutes de la balade face à Agen, samedi dernier.

« Il faut arrêter de le voir comme un soleil »

Après match, alors qu’on l’interrogeait innocemment sur le retour de la star de Kraaifontein, ponctué d’un essai à la sirène, le manager toulousain Ugo Mola avait lâché quelques déclarations que l’on n’avait pas vu venir : « Vous vous êtes rendu compte avec sa prestation qu’il a vraiment besoin de jouer. Il faut arrêter de le voir comme un soleil. C’est bien beau les statuts. Le problème du sport de haut niveau, c’est qu’il est remis en jeu à chaque week-end. »

Six minutes après son entrée en jeu, Kolbe s’était « troué » sur un coup de pied agenais, dont le rebond l’avait lobé. Avec, au bout du compte, un essai pour l’honneur du centre du SUA Noel Reid. « On peut tous faire des erreurs, évacue le meilleur attaquant du monde. Il ne faut pas commencer à douter et se concentrer sur l’action à venir. »

Par médias interposés, Mola avait donc mis dès le week-end dernier une petite pression sur son joueur avant le déplacement au Pays basque. « L’an dernier à Bayonne, il avait passé une sale, sale, sale soirée, lâchait-il dimanche. Il sait à quoi s’attendre la semaine prochaine. » Placé en 15, Kolbe avait été parfaitement muselé par les joueurs de Yannick Bru, et s’était montré fautif sur l’essai de l’Aviron, puisqu’il avait perdu le ballon au sol avant d’être grillé à la course par Alofa Alofa, un événement rarissime.

On serait Bayonnais, on se méfierait encore plus que d’habitude samedi de l’ailier toulousain, piqué par son coach dans son orgueil de champion.