Tour de France : Un ancien maillot jaune soupçonne Pogacar de s'être dopé, « j'ai ma conscience pour moi » répond le Slovène

CYCLISME L’ancien coureur français Stéphane Heulot a confié ses doutes après la victoire de Tadej Pogacar sur le Tour de France 2020

A.L.G.

— 

Tadej Pogacar en jaune sur les Champs-Elysées le 20 septembre 2020.
Tadej Pogacar en jaune sur les Champs-Elysées le 20 septembre 2020. — Marco Bertorello / AFP

La surprenante victoire de Tadej Pogacar sur le Tour de France et, plus globalement, les performances globales élevées des coureurs lors de cette édition 2020 ont semé le trouble dans certains esprits français qui voit là le retour du spectre du dopage. Ce fut le cas à deux reprises chez nos confrères de Ouest-France où, après la première sortie de Romain Feuillu qui expliquait « qu’il y a anguille sous roche » au vu des performances hallucinantes de Wout Van Aert avec l’équipe Jumbo-Visma, c’est au tour de  Stéphane Heulot, maillot jaune sur le Tour 1996, de faire part de ses doutes quant à la probité de certains coureurs.

« Honnêtement, je ne regarde plus le Tour depuis dimanche et la montée du Grand-Colombier (victoire de Tadej Pogacar), confie-t-il. Je n’y arrive plus, en fait… Il y a des choses assez faciles à évaluer, quand même, en termes de performance. J’ai du mal à comprendre comment un coureur de 75 kg peut monter à une vitesse folle un col et maintenir sa montée ensuite. En termes de vitesse ascensionnelle, on a vu des trucs qui n’étaient pas possibles, non plus, pour certains… »

Pour Pogacar, le cyclisme « fait beaucoup contre le dopage »

Celui-ci, qui n’hésite pas à soupçonner à la fois « du dopage chimique, mais aussi électrique », avoue avoir « envie de vomir ». « Ça me dégoûte », lâche-t-il avant de s’arrêter plus longuement sur le cas de Mauro Gianetti, son équipier à la Française des Jeux en 1998 et actuel manager de Tadej Pogacar au sein de l’équipe EAU Emirates, qui a plusieurs fois trempé dans des affaires de dopage.

« Que des personnes comme ça, ou comme d’autres, soient encore dans le cyclisme aujourd’hui, c’est impensable. C’est une vraie faute. À mon sens, on ne pourra jamais changer le système si l’on ne change pas les hommes, souffle Stéphane Heulot. Le dopage sera là tant que des gens seront indéboulonnables. C’est comme si demain, Al Capone était ministre de la Justice… (…) Non, ce n’est pas possible… Heureusement, des mecs ont changé, plein de mecs ont changé, mais il y a encore des tricheurs malheureusement, et il faut en avoir conscience. »

Interrogé après sa victoire au sujet des doutes qui entoure sa victoire, le Slovène explique que le dopage « va à l’encontre de tout ce en quoi je crois ». « Je sais que le dopage met la santé des sportifs en danger, j’ai toujours été au fait de cela. Je dirais que nous n’avons rien à cacher aujourd’hui et je pense que le cyclisme, malgré ce climat de suspicion, est un sport qui fait beaucoup contre le dopage. En vérité, cela me désole que les gens doutent de mes performances. Ma seule défense, c’est d’avoir ma conscience pour moi », a-t-il conclu.